sep16
1952 : 5 Couvertures
                1953 : 4 Couvertures     Index
                    accueil                                                     Quoi de neuf sur le site?
                    Page Précédente                                     Page Suivante
                                CONTACT : SERGIO     E-mail : lescinqs_nr@hotmail.fr
                    Magazines Index                 SEP Index             INDEX PUBS
Cliquez sur le titre de chaque couverture pour agrandir celle-ci

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
270eme couverture #270 1952 02 16 Loosing the Game ("Cheerleaders")
Les "Cheerleaders" (qu’on peut traduire par  "Pom-Pom Girls"), ont fait l’objet de deux couvertures de Norman Rockwell pour le Saturday Evening Post. La première des deux est celle-ci, parue le 1952 02 16.
Trois cheerleaders déprimées sont assises dans le gymnase déserté après une partie très serrée. Le score indique un seul point d’écart… en faveur des visiteurs ! Leur visage exprime un mélange de tristesse, d’incrédulité et de morosité. Tant qu’à perdre, autant prendre une "valise"… mais perdre d’un tout petit point !
Mais bon, la défaite doit être expérimentée un jour ou l’autre, elle fait fatalement partie de la vie !
Une fois de plus, Rockwell nous montre son habilité à combiner l’humour dans une situation dramatique. Il s’arrange pour nous montrer quelque chose de drôle en dépit du « drame» qui s’est joué, mais sans pour autant verser dans la dérision. On est amusés par les visages défaits des jeunes filles, mais quelque part, on éprouve de la sympathie pour elles.
C’est un certain James Naismith, éducateur sportif, qui a inventé le Basket Ball en 1891 à Springfield, Massachusetts. Il voulait développer un jeu qui puisse se pratiquer l’hiver en intérieur.
La première partie fut jouée avec deux paniers de pêche et un ballon de football !
A partir des photos trouvées dans les archives du Norman Rockwell Museum de Stockbridge, Massachusetts, je me suis amusé à essayer de reconstituer la scène*. Chaque jeune fille étant photographiée séparément, cette photo "reconstitutive" n’existe donc pas ! Et il est amusant de noter que Rockwell a prêté son "arrière-train" au personnage qui disparaît , derrière la rangée de sièges !
*Ces photos proviennent des Archives du "Norman Rockwell Museum", Stockbridge, Massachusetts.
¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
271eme couverture              sep 52
 #271 1952 03 29                                 1965 02 Woman's Day
Waiting for the Vet (47,5 x 40,5cm)    Boy with Dog
Une couverture plutôt anodine de Rockwell. Peu d'émotion s'en dégage, à peine quelques sourires polis...
Bon, les habits des clients se rapprochant du pelage des chiens correspondant au maitre, c'est vrai. Sauf le chien-chien à sa mémère, avec son petit tee shirt rose. Mais bon, cette dame doit être toute seule, maintenant et son chien est son seul ami, alors elle le chouchoute.
Le jeune garçon a soigné du mieux qu'il a pu son compagnon. Une rage de dents? Un mal à la tête? Une otite?...
On ne sait pas ce que ce petit chien a. En tout cas, personne n'a osé approcher sa chaise de celle du gamin. On ne sait jamais, c'est peut être contagieux !
Le gamin semble bien gamberger, il est vraiment inquiet pour son p'tit chien...
Mais, la porte s'ouvre, ça va être son tour ! Pourvu que le vétérinaire fasse un miracle !
Cette image est à rapprocher de celle qui paraitra quelques années plus tard dans le magazine "Woman's Day" de 1965 06. Ils ont vraiment la même posture. Juste la blessure qui n'est pas la même.
Cette image faisait partie d'un portfolio de 8 sketches ayant pour sujet les chiens, et réalisés par 8 illustrateurs, dont celle ci-dessus de Norman Rockwell.
¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
272eme couverture #272 1952 05 24 A Day in the Life of a Boy (? x ?cm)
Une des journées les plus tristes de la vie de Chuck Marsh fut ce jour de 1955 où son ami Norman Rockwell quitta la ville d’Arlington, dans le Vermont, pour aller s’installer à Stockbridge, dans le Massachusetts.
Le jeune Chuck avait posé pour la première fois à l’âge de trois mois pour le peintre. C’était à l’occasion d’une publicité pour les laboratoires pharmaceutiques Upjohn, où l'on voit ses jeunes parents le peser.
Il continua à poser régulièrement pour Rockwell jusqu’à ce jour funeste du déménagement.
Chuck adorait Rockwell et le vénérait comme un membre très présent de la communauté d’Arlington.
Ce tableau, “A Day in the Life of a Boy” fut donné par le peintre au Community Club d’Arlington, à la demande de Chuck, pour leur fête annuelle. Il fit l’objet du premier prix pour la tombola, et il ne coûta donc que 50 cents à l’heureux gagnant ! Rockwell donna ensuite un tableau chaque année pour ce club.
L’histoire montrée que cette couverture du Post nous montre toutes les activités, les tracas et les petits bonheurs de la journée d’un jeune garçon. Du réveil au coucher, cette succession de petites scénettes* nous fait rentrer dans la vie de ce jeune « kid ». Ah ! La corvée d’aller à l’école ! Ah la hargne de taper dans la balle* !
Ah ! L’amitié avec la petite Mary ! Hmmm ! Le soda partagé, front contre front* !
Mais il faut rentrer ! Les devoirs à faire, la toilette, un peu de TV, et dodo….
L’histoire se termine avec la même image que celle du début. Un gamin qui dort, la tête pleine de rêves et d’aventures…
Voici une petite vidéo de Chuck Marsh, datant de 2017, où il nous parle de Norman Rockwell.

* Ces photos proviennent du livre " BEHIND THE CAMERA " par RON SCHICK (© LITTLE BROWN 2009 ) p.126 à 129
¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
273eme couverture #273 1952 08 30 A day in the Life of a Girl (114,5 x 106,5cm)
3 mois après "A Day in the Life of a Boy" paraissait le deuxième volet consacré par Rockwell à une journéée type dans la vie des enfants, "A day in the Life of a Girl"
Cette fois-ci, cest Mary Whalen qui est mise à l'honneur, toujours avec la complicité de Chuck Marsh. Pour les séances de pose, Rockwell ne lésine pas sur les méthodes et aides diverses dont il a besoin pour réaliser le portrait parfait ! Mais Mary sait également poser exactement comme Rockwell l'entend !
En tout, 25 vignettes ornent cette couverture du Post, mais le nombre de photos prises est certainement bien plus conséquent. Voici celles qui ont été retenues
Rockwell disait que Mary Whalen était son modèle préféré, car elle savait prendre toutes les poses.
Retrouvez-la un peu plus bas sur cette page pour "The Shiner" (1953 05 23) et sur la page "ROCKWELL 1954" pour "Girl at the Mirror" (1954 03 06) Elle se trouve également sur la page "FOUR SEASONS CALENDAR" en compagnie de Chuck Marsh pour le calendrier 1954 "Me and my Pal" ("Spring"). Elle a aussi posé pour une publicité Kellog's "Pigtails".
¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
274eme couverture #274 1952 10 11 Eisenhower (? x ?cm)
Ce portrait de Dwight D. Eisenhower, devenu le 34ème Président des Etats Unis lors de la 42ème élection présidentielle en Novembre 1952 (il sera réélu en 1956) est le premier peint par Rockwell qui figura en 1ère page du Post. Un long article dans les pages de cet exemplaire du Post nous parle de cette journée que passa le peintre avec le futur président. Il fait partie d'une série de portraits et Rockwell en profita également pour faire celui de Mme Eisenhower (affectueusement appelée "Mamie" par ses concitoyens).
Par le passé, Rockwell avait déjà abordé le sujet des élections avec "The Debate" (Voir page "ROCKWELL 1920")  et "Which One ?" (sur la page "ROCKWELL 1944")
Eisenhower gagna facilement cette élection contre Adlaï Stevenson et rafla 442 délégués contre seulement 89 à son adversaire. Voici quelques affiches de campagne pour cette éléction de 1952, celles du ticket gagnant Eisenhower/Nixon et une des perdants, Stevenson/Sparkman
Les deux antagonistes se retrouveront d'ailleurs face à face en 1956, et le résultat sera identique: Eisenhower sera réélu avec une plus forte marge encore: 457 contre 73!
¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
275eme couverture #275 1953 01 03 How to diet (? x ?cm)
Ce pâtissier devant nous, a ce qu’on appelle communément « de la viande sur l’os » !!!
Il est en train de lire une brochure intitulée « Comment faire un régime ».
Mais est-ce bien raisonnable de faire attention à ce qu’on ingurgite en étant entouré de gâteaux, tous plus crémeux les uns que les autres ?
On ne sait pas quand il a commencé son régime, ni si il a l’intention de le prolonger, mais il est très concentré sur ce qu’il lit.
Des carottes et du chou, probablement bouillis, semblent être sa seule pitance. Et en quantité plutôt modeste ! Certainement qu’il se force à ne pas regarder sur les étagères !
Le problème des hommes au régime, c’est qu’on le fait bien devant les autres (on a sa fierté !) mais qu’il est difficile de résister à sa gourmandise dès que l’on se retrouve seul. Alors si en plus on est entouré de pâtisseries…
Son assiette est posée sur un bidon qui doit contenir de la farine, mais le personnage semble vraiment absorbé par sa lecture. A sa gauche sont posés un grand saladier, une louche et un rouleau à pâtisserie, éléments de base du métier. Et ce qui ressemble à quelques génoises sont superposées, prêtes à être décorées.
Comme à son habitude, Rockwell n’est pas avare de détails, nous montrant diverses composantes d’un atelier de pâtisserie, sans oublier le crayon, coincé sous la coiffe. Regardez de plus près le drapé de la tenue du pâtissier, on voit bien qu’il y en a plein dedans ! Les plis semblent réels, presque en relief ! Et le regard de cet homme, qui ne regarde même plus ce qu’il a dans son assiette, et qui, à la limite, s’en fout !
Son livre l’a conquis, et Rockwell nous a convaincus !
¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
276eme couverture  #276 1953 04 04 Walking to Church (47,5 x 45cm)
Norman Rockwell était très critique à propos de ce tableau car il pensait qu’il aurait été bien meilleur si il n’avait pas caricaturé les personnages. Il s’était corrigé dès la première version de cette peinture, mais n’avait pas réussi à totalement éliminer l’aspect caricatural des figurants. Le jeune Donald F. Hubert Jr ouvre la marche.
Il constatait « Je vois les gens tels qu’ils sont, j’essaie juste d’en simplifier ma vision, pour les rendre adorables. Ici, c’est une très gentille famille. Je ne le fais pas pour qu’on se moque d’eux »
Dans la version finale, Rockwell a rajouté les toits et l’église en arrière plan. En peignant des oiseaux qui s’envolaient du clocher, Rockwell pensait faire passer le message que les cloches sonnaient. Cela clarifiait, pensait-il, l’histoire qu’il racontait. Sans cela, il n’était pas sûr que les gens se rendraient compte que cette famille se dirigeait vers l’église. Mais avec tous ces détails, on pouvait anticiper le virage à droite après le block, et l’arrivée à l’église.
Comme à son habitude, Rockwell dissémine de nombreux détails dans son illustration.
C’est dimanche, et les boutiques sont fermées. Les habitants peuvent trainer un peu au lit, chez eux. Des chaussures sont posées sur le rebord d’une fenêtre, sans doute une longue soirée dansante le samedi soir nécessite-elle cette aération ?!
Il y a des déchets qui trainent dans la rue. Des piles de comics attendent devant la porte, et le laitier a déposé ses bouteilles. Sa tournée tire certainement à sa fin. Les antennes de télévision pullulent sur les toits, la crise économique américaine est bien loin !
Les fenêtres sont ouvertes, c’est une belle et chaude matinée de printemps qui s’annonce !
En fait, Rockwell voulait faire ce tableau de la même taille que celui que Vermeer avait peint « Une Rue de Delft », mais le cadre qu’avait Rockwell était trop large d’un demi-pouce ! La filiation est évidente dans la composition de cette œuvre.
« Je ne pouvait pas le peindre mieux que Vermeer », disait Rockwell, «  Alors, je l’ai fait plus grand ! »
Ce tableau a changé de propriétaire le 2013 12 04. Il appartenait à Kenneth Stuart, ancien éditeur du Post, mais on ne sait pas qui a déboursé 3.245.000 $ pour acquérir cette oeuvre...
¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
277eme couverture #277 1953 05 23 The Shiner  (86,5 x 76cm)
Dans leur livre "NORMAN ROCKWELL  AND THE SATURDAY EVENING POST Vol 3 -The later Years-" **, les auteurs racontent l'histoire de ce fameux cocard :
"Tout ce que Norman Rockwell savait d’un œil au beurre noir (« Shiner ») est qu’il n’était pas noir, mais plutôt constitué d’une palette de couleurs alliant les bleu, vert, un peu de jaune, du violet, de l’orange, du magenta, etc…Il savait aussi qu’il était la conséquence, non d’un simple traumatisme, mais plutôt des complications d’un coup reçu. Il avait appris tout cela quand il essayait de peindre de mémoire un œil au beurre noir, mais il n’arrivait pas à représenter exactement celui-ci. Aussi décida-t-il de trouver comme modèle un gamin qui présentait cela.
Il chercha dans son entourage habituel, mais n’en trouva pas. Ensuite, il contacta les hôpitaux locaux, mais aucun d’eux n’avait de cocard en stock.
Ayant été mis au courant de la recherche de Rockwell, un photographe de Pittsfield, Massachusetts fit paraitre une petite annonce dans le journal local pour trouver un cocard à photographier et en parla au peintre. Mais l’annonce avait été repérée par d’autres journaux et recopiée dans ceux-ci sur tout le territoire ! Et bientôt Rockwell commença à entendre parler de tous les yeux au beurre noir du pays… A tel point que le journal local « Berkshire Eagle » raconta l’histoire décrivant la quête de l’artiste pendant que le peintre offrait une somme de 5 Dollars au porteur du bon cocard !
En réponse à l’annonce, le père d’une tribu de cinq enfants écrivit que pour cinq dollars, il voulait bien donner un cocard à chacun de ses enfants et qu’ainsi Norman pourrait faire son choix! Une autre réponse, venant d’un gardien de prison indiquait qu’il y avait eu une rixe dans sa prison et qu’il avait 400 cocards à disposition.
Et puis, à Worcester, dans le Massachusetts, un gamin prénommé Tommy, se prit deux cocards et son père, W.F. Forsberg l’amena directement chez Rockwell, dans le Vermont. Rockwell regard les deux cocards, décida lequel était le plus beau, et le transféra sur le portrait de Mary Whalen, et la couverture était terminée !"
" Mary Whalen est la meilleure petite fille que j’ai eue comme modèle, et je suis désolé qu’elle ait du grandir"
C’est en ces termes que Norman Rockwell parlait de Mary Whalen, qui fut son modèle pour   "A Day in the Life of a Girl" du 1952-08-30, de "Shiner" du 1953-05-23 et de "Girl at the Mirror" du 1954-03-06 ( Retrouvez d'autres infos sur Mary Whalen page suivante) On se rend compte à quel point les photos ont pris de l’importance dans la réalisation de ses peintures, et Mary Whalen se pliait à merveille à la vision finale que Rockwell avait de son tableau. Retrouvez Mary Whalen et Norman Rockwell sur cette video.
Elle figure aussi , en compagnie de son frère Peter et de Chucky Marsh, sur la page printemps du calendrier "Four Seasons" de 1954 et on la retrouve aussi sur une publicité réalisée pour Kellogg's en 1954 sous le titres de "Pigtails" (Nattes)
Celui qui tient le rôle du proviseur s'appelle Don Trachte (1915-2005). C'était un illustrateur, spécialiste des cartoons. Il avait créé un personnage nommé "Henry".
Il est très connu aussi pour avoir caché chez lui l'original de "Breaking Home Ties" le célèbre tableau de Rockwell qui paru en couverture du Post Daté du 1954 09 25, pour le soustraire à sa femme, avec qui il était en procédure de divorce. Il en avait fait une copie qui avait été acquise par le musée Rockwell. A sa mort, ses enfants constatant des différences entre le tableau du musée et l'illustration parue en couverture du Post, se doutèrent de quelque chose et fouillèrent chaque pouce de la maison. Ils finirent par le dégotter derrière une fausse cloison. Il fut vendu aux enchères en 2006, pour la somme de 15,4 millions de dollars aux héritiers de Don Trachte, soit la somme la plus importante déboursée à l'époque pour une oeuvre de Rockwell. Don Trachte avait acquis le tableau en 1960 pour... 900$ !

Le livre "Behind the Camera" * rend hommage au travail en amont exécuté par Rockwell et ses modèles, avant la parution en couverture du magazine.
* " BEHIND THE CAMERA " par RON SCHICK (© LITTLE BROWN 2009 ) p.130/131
** " NORMAN ROCKWELL  AND THE SATURDAY EVENING POST Vol 1,2 et 3 "
par D. &  M. STOLTZ (© The Four S 1976 ) p. 121
Dans son N° #317 de Mars 1993, le journal "Mad" a publié en dernière de couverture une parodie de "The Shiner", intitulée "First drug Test". Cette illustration de Richard Williams veut faire prendre conscience de l'emploi de plus en plus fréquent de stéroïdes par les athlètes des universités américaines. Richard Williams a parodié d'autres illustrations de Rockwell, retrouvez-les ici !
En 1994, dans le film "Forrest Gump", Robert Zemeckis inclut une scène qui est la copie de "Shiner" où l'on voit Forrest - assis sur un banc similaire à celui de la couverture du Post - attendant que sa mère ait fini sa réunion avec le proviseur du collège.
¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
278eme couverture #278 1953 08 22 Soda Jerk (91,5 x 86,5cm)
Norman Rockwell a peint cette toile deux fois. Sur la première version* il avait représenté un homme mangeant une glace au premier plan, et une femme avec son jeune enfant à l'autre bout du comptoir. Mais il n'était pas satisfait, car il pensait qu'en fait, ces personnages supplémentaires n'apportaient rien d'autre que de la confusion à la compréhension de la scène.
Il reprit donc sa peinture pour ne plus faire figurer qu'un jeune garçon (dans une position plutôt avantageuse, car c'est lui qui sert les portions de glace auxquelles il peut rajouter une bonne dose de crème, et peut-être même une petite cerise en prime) , trois jeunes filles qui boivent ses paroles et gobent ses histoires (que ne ferait on pas pour un peu de "rab") et un jeune ado qu'on imagine mal dans ses baskets, timide au bout du comptoir, mais qui commence à envisager sérieusement un emploi de garçon de café pour les prochaines vacances ! Et un petit chien qui, s'il est bien sage, aura peut-être des miettes de gateaux ou un sucre pour son goûter... ou une cuillère avec de la crème à lécher !
C'est Peter Rockwell, le plus jeune des fils de l'artiste qui tient le rôle du jeune serveur. Il faut dire qu'il avait occupé cet emploi durant les vacances précédentes, et cela déclencha l'idée de cette couverture.
Mais Peter reprocha à son père de lui avoir donné un air un peu niais sur le tableau ! (Peter Rockwell est devenu depuis un sculpteur de renom, découvrez dans cette vidéo un aperçu de ses oeuvres et une interview de l'artiste )
Une des trois jeunes filles du tableau épousa Peter et devint une des belles-filles de Rockwell...
Une fois de plus, le tableau fourmille de détails qui rendent la scène encore plus vraie : regardez le canage du revêtement antidérapant de sol, derrière le comptoir. Et puis avez-vous remarqué le reflet de la salière et du sucrier sur l'inox de la boite à serviettes en papier?
Le fond de café qui reste dans les tasses empilées en bout de comptoir que le garçon n'a pas encore enlevées? Le regard des jeunes filles subjuguées par le jeune serveur? L'expression dominatrice de celui-ci, fier de ce qu'il vient de raconter et qu'il donne pour vérité? Et la mine défaite du jeune garçon au bout du comptoir, des pensées de "loser" plein la tête... Il donnerait cher pour être à la place du serveur !
Il est à noter que Rockwell a peint en 1953 un autoportrait en train de peindre ce tableau... Rockwell en train de peindre Rockwell qui peint du Rockwell, en quelque sorte !!!
Comme à son habitude depuis une quinzaine d'années, Rockwell s'est servi essentiellement de photos** des différents protagonistes du tableau pour réaliser "Soda Jerk"
Ce tableau est accroché dans le "Columbus Museum of Art", à Columbus, Ohio. Il se trouve en compagnie d'oeuvres de Pablo Picasso, Winslow Homer, Claude Monet et Henri Matisse, entre autres. Bonne compagnie, non?

*Dans THE NORMAN ROCKWELL ALBUM par NORMAN ROCKWELL (© Double Day & Company 1961) p. 134
** Dans " BEHIND THE CAMERA " par RON SCHICK (© LITTLE BROWN 2009 ) p.117
¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

                    accueil                                             Quoi de neuf sur le site?
                    Page Précédente                                     Page Suivante
                                CONTACT : SERGIO     E-mail : lescinqs_nr@hotmail.fr
                    Magazines Index                 SEP Index             INDEX PUBS