Calendriers
Boy Scouts of America

                                                          accueil

                                CONTACT : SERGIO     E-mail : lescinqs_nr@hotmail.fr
                   Magazines Index            SEP Index                        INDEX PUBS
                                                           Calendriers


¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

BOY SCOUTS OF AMERICA

Les "Boy Scouts of America" furent créés en 1910 et lancèrent leur programme éducatif pour le corps et l’esprit des jeunes gens, pour développer le sens des responsabilités en participant à des actions citoyennes, et d’améliorer leur comportement personnel.
En 1913, alors que le mouvement n’avait que trois ans d’existence, Norman Rockwell devint un acteur à part entière un acteur du scoutisme.
A l’âge de 19 ans, il frappa à la porte du journal "Boy’s Life Magazine" une des publications des Boy Scouts. Il apportait avec lui quelques une des illustrations qu’il avait réalisées. L’éditeur du journal, Edward Cave, demanda alors au jeune Norman d’illustrer un manuel des Boy Scouts. En septembre 1913 parut la 1ère couverture réalisée par Norman Rockwell et Edward Cave offrit au peintre la possibilité de devenir directeur artistique du magazine. En contrepartie, il devait peindre la couverture du journal chaque mois, et illustrer au moins une des histoires qui paraissaient dans Boy’s Life. (Edward Cave était aussi l'éditeur du magazine "Recreation" que vous pouvez retrouver sur la page "Autres Magazines 06". Rockwell fit d'ailleurs trois couvertures pour ce magazine)
Rockwell accepta le poste et au fil des ans, il illustra aussi des livres consacrés aux Scouts, et des publications périodiques comme "Scouting". Entre 1925 et 1976, Norman Rockwell fit le calendrier annuel des Boy Scouts of America, à l'exception de 1928 et 1930.
Les liens noués entre Rockwell et les Scouts vont bien au-delà d’une simple collaboration artistique. Il mêla les personnages et les histoires qu’il peignait pour créer une image des Scouts ayant un sens et débordante de vie.
Les Scouts l’ont toujours honoré pour tous les services qu’il leur a rendus à travers ses tableaux, et l’ont décoré en 1939 du « Silver Buffalo Award » qui est leur plus haute distiction.

Il est à noter que depuis 2000, en vertu du 1er amendement (le même que celui pour les armes, c'est un fourre-tout, et chacun l'accapare comme il en a envie !)  "Boy Scouts of America" interdit l'accès de son mouvement aux homosexuels. Bien que de nombreux Scouts aient renvoyé leur badge après cette interdiction, le comité national des scouts réitéra son interdiction en juillet 2012. (Voir sur Wikipédia le passage intitulé "Position on homosexuality")
Les athées et les agnostiques sont aussi interdits de Boy Scouts of America... Charité bien ordonnée commence par soi-même !

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

CALENDRIERS BSA

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

 

L'histoire de James "Buddy" Edgerton
Du jour où Norman Rockwell et sa famille débarquèrent à Arlington à côté des Edgerton, James "Buddy" Edgerton et ses soeurs appelèrent le peintre et sa femme par leurs prénoms, et leurs trois enfants appelaient les parents de James aussi par leurs prénoms, Jim et Clara. Pourtant, en 1943, c’était l’époque où un enfant appelait un adulte M. ou Mme.
Mais ce n’était pas une amitié ordinaire qui s’était nouée entre ces voisins d’Arlington, c’était, selon les mots-même de Buddy, "quelque chose de précieux".
Les deux familles étaient si proches qu’on aurait dit une seule et même famille. La porte de l’une était toujours ouverte pour l’autre.
James Edgerton, qui est âgé de 84 ans, est retraité de l’université du Vermont où il occupait un poste d’administrateur régional. En 2009, il a co-écrit - aidé pour cela de Nan O’Brien - un livre sur son enfance et sur l’amitié qui liait les familles Edgerton et Rockwell: "The Unknown Rockwell: A Portrait of Two American Families” ("Le Rockwell méconnu: Portrait de deux familles Américaines”)"
"Je gardais tout cela dans un coin de ma tête, et je savais que ce ne serait pas perdu. Nan est arrivée, et voilà"
James avait 13 ans quand la famille Rockwell s’installa à coté de chez lui, à Arlington. Il habitait dans une ferme et son nouveau voisin était "un artiste connu qui avait grandi à New-York et qui avait épousé une femme diplômée de l’université de Stanford" En fait, les Rockwell habitaient déjà à Arlington, mais ils venaient juste de changer de résidence.
"Nous savions qu’il était très connu mais il vivait dans la communauté comme chacun de nous, sans se donner de l’importance" se rappelle Edgerton. "Il a d’ailleurs recruté plusieurs de ses modèles au dancing d’Arlington, lors les soirées du Samedi"
Mais bientôt, c’est à la porte d’à côté qu’il recrutera ses modèles. La famille Edgerton, leurs vaches et leurs chiens posèrent pour le peintre pendant les 10 années suivantes.
James touchait 5$ pour chaque séance de pose, qu’il n’y ait qu’une seule photo de prise, ou que la séance dure des heures. Ensuite, Rockwell travaillait à partir des photos qui avaient été prises.
La première fois que James posa pour Rockwell, il était habillé en Boy Scout. Rockwell l’envoya dehors pour salir un peu son uniforme. Quand il revint avec sa tenue un peu "chiffon", il était prêt pour la pose. (Il n’a en fait jamais été Scout de toute son existence, mais il posa pour de nombreuses illustrations ayant trait au Scoutisme.)
Rockwell lui fit lever la main droite, trois doigts tendus et bien joints, le pouce touchant l’auriculaire… le symbole Scout par excellence. "I Will do my Best" (Je ferai de mon mieux). Le voici, 70 ans plus tard, avec ce calendrier.
Cela devint le calendrier 1945 des Boy Scouts of America. Notons que sur la plupart des calendriers des BSA, il y avaient des pages pratiques à l'usage des Scouts.
« J’étais toujours dans le coin, prêt à rappliquer à la première demande » et Rockwell le savait !
Il posa souvent pour le peintre, et comprenait bien sa technique et ses habitudes de travail.
Dans un de ses tableaux, qui servit à illustrer un poème de Carl Sandburg "The long Shadow of Lincoln", trois générations d’Edgerton ont posé et apparaissent sur l’œuvre.
"Rockwell était unique dans sa façon de "voir" ses œuvres", raconte Edgerton. "Il était le maitre du détail, et si vous ne correspondiez pas à sa vision finale de l’oeuvre, il vous remplaçait".
Au printemps 1943, après avoir emménagé auprès des Edgerton, Rockwell entreprit la construction d’un nouveau studio. Il embaucha le jeune Buddy.
"Rockwell ressentait les choses", commente James. "Il savait bien qu’il n’y avait pas le moindre cent dans mes poches, car notre situation familiale était loin d’être opulente. Je pense qu’il ressentait que ce serait bien que j’aie un peu d’argent de poche. Il me payait 75 cents de l’heure pour l’aider au studio. Je faisais cela quand j’avais un peu de temps, entre l’école et les travaux à la ferme"
La ferme ou Buddy avait grandi était dans la famille depuis 1875. On y faisait du lait et de quoi nourrir la famille, mais il n’y avait jamais de bénéfices. Parfois, le lait ne suffisait pas à payer les factures ou à couvrir le prix du grain.
La culture de l’érable donnait un plus au printemps. La vente de bois apportait du fuel pour allumer le four et du chauffage pour la maison.
"A l’âge de 4 ans, mon premier travail fut de porter le bois de la grange à la maison. La soirée du Samedi était réservée au bain. Il fallait tirer  l’eau du puits, et la chauffer. Ensuite, tout le monde partageait l’eau du bain" se souvient James.
"Les gosses étaient contents quand l’eau de la Battenkill River était suffisamment chaude pour pouvoir plonger dedans avec un bout de savon, et s’y laver. Nous étions pauvres, mais notre vie ne l’était pas" dit-il. "Notre qualité de vie était sans doute la plus riche de tout le village "
Et cette qualité de vie se trouvait encore renforcée par l’amitié entre les deux familles.
"Un jour que Rockwell se rendait à New York avec son fils Tommy, ils m’emmenèrent avec eux et nous sommes allés au Stade voir un match des Brooklyn Dodgers. Il n’y a jamais eu de problème pour Norman de me faire profiter de telles distractions. Mais encore aujourd’hui je me demande comment Mary et Norman Rockwell pouvaient avoir tant de confiance et d’affection pour moi" dit encore James Edgerton.
C’est Mary Rockwell qui poussa James  à continuer des études au lycée. Il a obtenu ainsi son diplôme universitaire, qu’il complètera plus tard par une maitrise d’Université à l’Université du Vermont, l’UVM. ("Universitas Viridis Montis" : Université des Montagnes Vertes). Comme il dit, "j’aurais pu avoir un grand rôle dans l’équipe universitaire de l’UVM, mais j’ai préféré me focaliser sur les études".
C’est le départ de James Edgerton pour l’Université qui inspira Rockwell pour son tableau "Breaking Home Ties" du 1954 09 24. Ce fameux tableau représente un jeune garçon qui va quitter la maison, et son père assis à coté de lui sur le marchepied d’un pick-up. Rockwell le proposa au père de James pour 900 $, mais celui-ci ne pouvait se le permettre, et il préféra acheter des vaches de race pour son troupeau.
Le tableau fut finalement acheté par Don Trachte, un illustrateur d’Arlington, qui cacha plus tard le tableau entre deux murs pour qu’il échappe à la succession due à son divorce… Découvert par ses enfants en 2005, le tableau fut vendu aux enchères en 2008 pour… 15,4 millions de $ !!!
 
Un autre épisode tient particulièrement au cœur de James. En 1952, son cousin Jon Stroffoleno, âgé de 11 ans, mourut accidentellement durant une partie de chasse.
Il venait fréquemment au studio voir travailler le peintre qu’il connaissait bien, et Rockwell appréciait sa présence.
De mémoire, Rockwell fit donc un portrait au crayon du jeune garçon qu’il remis à ses parents. Ce portrait resta dans la famille  pendant des années, inconnu du public. Mais il fut montré pour la première fois le jour du vernissage du livre d’Edgerton, et est accroché au Norman Rockwell Museum depuis ce jour.
Au cimetière de West Arligton où est enterré Jon, la pierre tombale qui recouvre sa sépulture est gravée d’une palette de peintre, et James Edgerton s’est toujours demandé "si Rockwell n’était pas quelque part le responsable de cette sculpture".
Edgerton avait 23 ans quand Rockwell quitta Arlington pour Stockbridge. Il se rappelle que cet évènement a été l’une des rares fois où il a vu ses parents déprimés et sa mère en larmes. Mais à Stockbridge, Norman serait au plus près de la clinique où Mary avait été internée suite à sa dépendance à l’alcool et sa dépression récurente.
Rockwell donna à Edgerton la concession funéraire où il devait être enterré et il lui dit "Buddy, je veux qu’elle soit pour toi".Elle se situe juste à côté de celle des Edgerton, et est marquée de la lettre "R".
"Il n’ya rien de plus permanent que l’endoit où l’on est enterré" dit James qui veut être enterré au West Arlington Cemetery, comme un habitant du Vermont.
"Ma famille est enterrée là, et je le serai aussi. Mais ce sera bien assez tôt !", conclut-il.
 
Retrouvez ici une interview de James Buddy Edgerton, qui parle des rapports de sa famille avec celle de Norman Rockwell ("Four generations who posed for Rockwell")

Cette article est traduit d'une interview de James "Buddy" Edgerton par Sally Pollak en ligne sur le site www.burlingtonfreepress.com
¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

 calendar     Calendriers
    1955 The right Way     1955 The right Way
Trouver le bon chemin en étudiant les cartes est une des activités favorites des Scouts.
Trois des quatre garçons qui ont posé pour "The Right Way" sont Dicky Demarest, Rusty Cleveland et Rob Smith. Je n'ai pas d'indications quant à l'identité du quatrième. Voici une des photos de la séance de pose.*
Le calendrier se déplie et, à l'intérieur, on trouve quelques idées pour fabriquer de quoi se faciliter la vie et s'amuser.
L'illustration de ce calendrier a été reprise en couverture magazine "Boy's Life" de  1955 02.
Le deuxième figurant dans cet article m'a été offert pour mon anniversaire par mes enfants. C'est un très grand format puisqu'il mesure 85cm x 41cm. Le calendrier a ses douze pages, et je suis très fier de mon année de naissance !

*Cette photo  vient des Archives du "Norman Rockwell Museum", Stockbridge, Massachusetts
¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

 calendar  1956 The Scoutmaster
 

Comme tous les ans, Rockwell réalise en 1956 le calendrier des Boy Scouts of America. Celui ci s'intitule "The Scoutmaster"

* " Cette image décrit des scouts dormant dans leur tente pendant une belle nuit d’été, pendant que leur chef veille sur eux.
Cette illustration fut imaginée par Rockwell en 1953 pendant le National Scout Jamboree à Irvine, California pas très loin de Santa Ana. Plus de 45000 scouts participaient à ce rassemblement National , et parmi eux, un jeune scout de la région d’Oakland, California, du nom de Howard Lincoln, 13 ans.
Durant le Jamboree, un chef Scout du nom de Del Anderson fut chargé de recruter quatre scouts pour qu’ils posent sur le calendrier annuel de Boy’s Life.
Howard Lincoln fut l’un d’eux.
On leur demanda de monter les tentes, de faire un feu et de s’allonger comme s’ils dormaient, avec la tête à l’extérieur posée sur un oreiller. Howard Lincoln est celui qui a le visage éclairé, à la droite du Chef,  Plus tard, Howard dit qu’il prit cette pose car sa mère aurait probablement été très déçue si on n’avait pas reconnu son visage.
Celui qui a posé comme le chef Scout  n’était pas un vrai scout, mais un acteur/modèle qui vint gentiment pour la séance de pose. Le problème est qu’il n’avait pas les chaussures ad equat. Aussi, Edmund Crinnion, de la même troupe que Howard Lincoln et qui aidait pour la séance de pose prêta ses chaussures au "Scoutmaster" et ce sont celles que l’on voit sur le tableau. Pour l’anecdote, elles sont gardées précieusement dans la famille Crinnion comme une relique !
De nombreuses photos furent prises et la séance dura huit heures. Ensuite, Rockwell rentra chez lui et transforma la clarté du jour en une belle nuit étoilée.
Un an après la la séance de pose, Howard Lincoln reçut une lettre de Norman Rockwell contenant 10 ou 20 dollars et le peintre demandait également de signer un reçu pour cette somme concernant le travail de pose effectué.
Howard Lincoln reçut le "Eagle Award" en 1955 et plus tard le "Distinguished Eagle Scout award" qui est une des plus hautes distinctions du mouvement scout.
Aussi, les noms de Howard Lincoln et Edmund Crinnion seront pour toujours associés à celui de Norman Rockwell pour leur contribution à son tableau "The Scoutmaster" *
 Les Archives du Musée Norman Rockwell de Stockbridge, Massachusetts nous indique que deux des modèles étaient Marshall Ammerman et Robert Slowe (ou Slone)
* Source : The Oakland Area Council

Dans une interview au journal "Scouting" à propos de son livre "Norman Rockwell's World of Scouting" , William Hillcourt donne une toute autre version. Il dit que Marshall Ammerman, celui qui pose comme le "Scoutmaster" était scout lui-même et Scoutmaster.
Aussi, vous avez les deux versions. Quoiqu'il en soit, cette illustration fut imprimée à des millions d'exemplaires comme calendrier, à des centaines de milliers d'exemplaires en couverture du "Boy's Life" de 1956 02 et à trois millions et demi d'exemplaires comme couverture du " Scoutmasters Handbook"

En poussant un peu les recherches, j'ai trouvé un nommé Marsh Ammerman, scout au Jamboree national de Valley Forge, Pennsylvania en 1950, c'est à dire trois ans avant la séance de pose. Il ressemble étrangement au "Scoutmaster" de Rockwell. Si c'est le même, cela voudrait dire que ce n'est pas la version "acteur/modèle" qui est la bonne, mais la deuxième, ou le Scoutmaster était un véritable scout.
¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

 calendar  1957 High Adventure
 
Voici le calendrier de 1957 pour les Boy Scouts of America. Rockwell était payé pour l'illustration, mais laissait les droits dérivés aux Scouts. En fait, c'était sa façon à lui de participer au mouvement. Brown & Bigelow touchaient leur part pour la fabrication et la distribution, et les Scouts percevaient l'intégralité des droits d'exploitation de cette image. Et c'était ainsi pour chacun des calendriers qu'il faisait pour eux.
Il y a 7 personnages pour cette illustration, mais je n'ai retrouvé la trace que d'un seul, James Moore. La scène à été créée lors d'un Jamboree National en 1955 au Scout Ranch de Philmont, Nouveau Mexique. Le site de Philmont fut aussi un des 3 sites retenus pour le Jamboree Mondial de 1979, avec un site Suisse et un site Australien.
Un  Jamboree National réunissait des Scouts de tout le pays le temps d'un week-end, et Rockwell  a peint tous ses sketches à partir des photos prises lors de cette manifestation. Le cadre était magnifique et dominé par une montagne, "The Tooth of Time" représentée sur le calendrier. D'ailleurs vous pouvez retrouver cette montagne page 18 d'un article du National Geographic Magazine de 1956 consacré au Philmont Scout Ranch.
Voici une autre photo de cette séance.
¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
 Calendriers1952 The Adventure Trail
Les Scouts en pleine nature !
"Eh les gars, il va falloir aller là, on a tout notre équipement, il ne peut rien nous arriver! D'après la carte, quelques heures de marche à la boussole ne seront qu'une petite formalité."
C'est qu"il ne rigole pas, le chef de patrouille, et les Louveteaux ont intérêt à écouter ! Même le chien est attentif !
Mike McGuire est un des des modèles qui ont posé pour cette illustration de calendrier 1952 des Boy Scouts of America. Mais je n'ai aucune indication me permettant d'affirmer lequel des trois ! Par contre, Mike McGuire a participé à une réunion d'anciens modèles de Rockwell en 2012. Il a retrouvé James "Buddy" Edgerton, qui avait posé pour le Calendrier 1945 (voir en haut de cette page)
Regardez la fierté de Mike exhibant le calendrier de 1952. C'est que poser pour Rockwell était un honneur.
Pour le fun, je me suis amusé à reconstituer la scène à partir des photos de la séance de pose...
¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
 calendriers 1954 A scout is reverent
D'habitide les calendriers qu'illustraient Rockwell pour les Boy Scouts of Americasortaient au mois de Novembre décembre de l'année précédent le millésime du calendrier, et donc celui-ci est sorti fin 1953. Ensuite, cette illustration était déclinée en couverture du magazine Boy's Life pour le n° de Février de l'année millésime...
Sauf celui-là, qui n'a pas eu les honneurs du magazine ! Pourquoi? Mystère et boule de gomme, je n'ai pas trouvé d'explications malgré mes recherches.
A l'intérieur de ce calendrier, deux pages de jeux et de réalisations à faire, comme une "cantine" pour oiseaux où l'on disposera une récipeint spécialement conçu pour recevoir de la graisse pour eux.
Le pad de l'année 1954 est complet , les douze mois sont présents.
Les trois garçons qui ont posé sont David Harwood, David Forrest et Bobby Wilcox.
Voici d'ailleurs deux d'entre eux pendant une séance de pose. Il est à noter que cette séance de pose se tient dans le salon de Norman Rockwell. Les bancs d'église ont été reconstitués ici, mais on aperçoit la cheminée du salon, ainsi  qu'une de structures qui lui servait à stocker ses peintures originales.




 ¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤                                                                  accueil
                                CONTACT : SERGIO     E-mail : lescinqs_nr@hotmail.f
                      Magazines Index            SEP Index           INDEX PUBS 
                                                              Calendriers

 



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site