DIVERS ROCKWELL 03
(Sheet Music, Franklin Mint, Cartes Postales, Signatures, American Petrol Institute... )

 
accueil
       Magazines Index       SEP Index                INDEX PUBS   
                            
DIVERS ROCKWELL   DIVERS ROCKWELL 02   DIVERS ROCKWELL 04                         
                  CONTACT : SERGIO     E-mail : lescinqs_nr@hotmail.fr
 
¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

SHEET MUSIC  (LIVRETS MUSICAUX )


divers nr divers nr    divers nr 
       1917 Over there                          1918                  1919 Little french Mother, Goodbye                          
                                                         Over yonder where the Lillies grow

 Divers NR    divers nr
 1968 Lady Bird Cha Cha Cha   1962 Family sing along with Mitch
 
Le naufrage du navire hopital Lusitania, coulé par un sous marin allemand le 1915 05 07, changea grandement l'opinion américaine et favorisa l'entrée en guerre des Etats-Unis en 1917.
Le patriotisme américain avait besoin de supports et de nombreuses chansons à la gloire des soldats engagés dans ce conflit virent le jour.
Et l'art de Norman Rockwell fut utilisé pour illustrer certains de ces  livrets musicaux ( sheetmusic )
Ainsi la couverture de Life du 1918 01 31 servit pour la chanson  "Over there " ( parole et musique de George M. Cohan ) publiée en 1918 par Leo Feist. Une autre couverture de Life du 1919 03 13 illustra la chanson " Little French Mother, goodbye ! " ( Paroles de Jack Caddigan et musique de Chick Story ) également publiée par Leo Feist en 1919. Et puis une couverture du magazine Judge du 1918 08 10 fut utilisée pour la chanson " Over yonder where the Lillies grow " ( Paroles et musique de Geoffrey O'Hara ) publiée en 1918 par le même Leo Feist. (Ce livret m'a été offert par mon amie Jennifer.)
Dans les années soixante, ses portraits de Mitch Miller et de Lady Bird Johnson eurent l'honneur de faire la couverture de deux livrets .

Norman Rockwell disait de Claudia Alta "Lady Bird" Taylor Johnson (1912-2007) "qu'elle avait ce charme spécial qui venait des Etats du Sud, et auquel vous ne pouviez résister."
Née en 1912 dans le Texas, elle épousa Lyndon Baines Johnson (1908-1973) en 1934 et dont elle eu
deux enfants, Lynda et Luci.
Lyndon B. Johnson devint président des Etats-Unis le 22 novembre 1963 quand il prêta serment en tant que vice président de John Kennedy, 2h30 après l'assassinat de celui-ci.
Puis il fut élu à une écrasante majorité l'année suivante, en devenant le 36ème Président américain.
La guerre du Vietnam vit décroitre sa popularité, et il ne sollicita pas de second mandat. Il est mort en 1973, dans son ranch du Texas.
Rockwell avait peint son portrait en 1964, pendant la campagne présidentielle.
Lady Bird a beaucoup épaulé son mari pendant la campagne présidentielle -comme elle l'avait déjà fait dans toutes les élections auxquelles il avait participé -, en particulier en se faisant l'avocate de la loi sur les droits civils américains, que son mari avait mise en place. Et elle était également en guerre contre la pauvreté. Elle se battit également contre la prolifération des pancartes publicitaires le long des routes. Elle a été très active et très aimée jusqu'à la fin de sa vie. La voici en 2002.
Elle mourut en 2007, dans sa 95ème année.
C'est ce portrait de Lady Bird Johnson qui orna, en noir & blanc, un livret musical intitulé Lady Bird Cha Cha Cha (Paroles de Franck H. Keith, Music de Samuel Starr, publié par DeBesth Music Publishing Co en 1968 )
Ce livret vient juste de me parvenir. Il m'a été offert par mon amie Jennifer, qui a toujours l'art de  dénicher l'introuvable ! Un grand merci pour toi, Jen ! On dansera le Cha Cha Cha ensemble !

Vous pouvez retrouver l'histoire de Mitch Miller sur la page "Pochettes de Disques", et voici le livret illustré par Rockwell. (Encore un cadeau de mon amie Jennifer!)

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤


FRANKLIN MINT              logos

divers nr 
   1973 The Collector (Cadeau de mon ami Jack! )


divers nr
   1974 Spirit of America
 
Créé à Wava, Pennsylvanie en 1964 par Joseph Segel, Franklin Mint s’est spécialisé dans la reproduction de miniatures de toute sorte. Mais un seul mot d’ordre, qualité et haut de gamme.
En 1970, Franklin Mint , par l'intermédiaire de son directeur artistique, Donald Walton, demanda à Norman Rockwell de dessiner quelques scènes qui seraient utilisées spécialement pour la création d’éditions limitées originales. Huit collections différentes représentant environ 80 créations originales virent ainsi le jour, assiettes, figurines et médailles. Franklin Mint est la seule société pour qui Rockwell accepta de son vivant que son travail soit reproduit en trois dimensions. D'autres franchises furent cédées après la mort du peintre par Curtis Publishing, détenteurs des droits de l'oeuvre de Rockwell à partir de l'année 1923. Regardez sur Ebay, il y en a partout!
Donald Walton écrivit aussi un livre sur Norman Rockwell, A ROCKWELL PORTRAIT (© Andrews & McMeel 1978)
La première série produite fut une série de huit assiettes en argent dont une sortait à chaque Noël de 1970 à 1977.
En plus de cette série d’assiettes, cinq séries de  lingots et médailles  ayant pour thèmes les Boys Scouts (1972), les souvenirs de Rockwell ( NR’s fondest Memories 1973 ), le poèmes de Robert Frost (1974) Les classics de Mark Twain (1975) et les Girls Scouts ( 1977 ). Une série de dix figurines en porcelaine fut présentée en 1976 et la dernière série était une évocation de six étapes de la vie en six assiettes de cristal. ( Désolé, je n'en ai pas d'images à vous montrer pour l'instant )
Rockwell dessina donc environ 80 illustrations différentes pour Franklin Mint. La plupart étaient des dessins rapides sans beaucoup de détails. Et certains des originaux ont certainement  été détruits après utilisation.
Et deux illustrations furent également produites par Norman Rockwell et ont fait l’objet d’un tirage en édition limitée sur toile pour The Collector ( 1973 ) et sur céramique pour Spirit of America (1974 ), où il est amusant de constater que les deux personnages à l’extrême gauche du tableau ne sont autres que Norman Rockwell et sa dernière femme, Molly.
Voici une photo de l'artiste au travail dans son studio.*
( Quand j'ai acheté "Spirit of America", je l'ai fait envoyer chez mon ami Jack dans le New Hampshire, car il stocke tout ce que j'achète aux Etats Unis concernant Rockwell et me fait un envoi unique quand le paquet est plein. Cela me fait économiser énormément sur les frais d'envoi. Bref, le tableau arrive chez lui, et je lui dis que, pour réduire le poids, il n'avait qu'à enlever le cadre et rouler l'oeuvre.... Hélas, j'avais mal lu l'annonce, et Jack m'a dit en riant qu'il aurait du mal à rouler une porcelaine... Comme quoi, il faut toujours lire les annonces jusqu'au bout !)
Ces deux éditions spéciales étaient offertes en cadeau aux souscripteurs de certaines collections crées par Rockwell pour Franklin Mint.
Franklin Mint avait également ouvert un musée présentant toutes ses réalisations, mais il ferma suite à la vente en 1980 de la société à Warner Communication (Groupe Time Warner)

*Cette photo provient des Archives du "Norman Rockwell Museum", à Stockbridge, Massachusetts

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
 
CARTES POSTALES



divers nr  1917 - Help Fatherless Children of France
 
L'illustration de cette carte poste est une reprise de la couverture de "Life" du 1917 11 22 où ce soldat américain demande à cette petite française avec un accent impeccable si elle parle français! "POLLEY VOOS FRANSAY ? "
Je vous invite à détailler le regard d'étonnement de la gamine qui doit bien se demander ce que ce grand escogriffe déguisé lui demande !
Même en temps de guerre, Rockwell savait mettre de l'humour dans ces oeuvres.
Cette carte postale est non écrite, et publiée par Whitney à Worcester dans le Massachussets.
Elle a été éditée au profit de l'organisation "Fatherless Children of France" qui aidait les orphelins de la grande Guerre par des dons ou par une adoption.

divers nr  1919 - I'm in the good old USA
 
Cette carte de 1919 a été éditée par l'organisation "Knights of Columbus" ("Chevaliers de Colomb" du nom de Christophe Colomb )
C'ést une organisation Chrétienne de fraternité et de charité qui est toujours très active.
Cette carte  a été écrite le 09 juin 1919 par le soldat Bragdon en poste dans le Massachusetts, à Boston. Il informe sa mère - dans l'Indiana - qu'il rentrera à la maison le plus tôt possible.
Rockwell illustrait la guerre à sa façon, sans image de tristesse ou de malheur. Il en fera de même pendant la 2ème Guerre Mondiale, avec, entre autres, sa série sur "Willie Gillis".
Son personnage a le sourire, il est fier d'être soldat. Et le titre de la carte ne trompe pas sur la vision plutôt rassurante qu'il propose "Je suis dans ces bons vieux Etats-Unis" (I'm in the good old USA )

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
A PROPOS DE
sep1938

 
SIGNATURES

Sur la majorité des œuvres de Norman Rockwell, on trouve de nombreuses signatures différentes, selon l’époque ou l’état d’esprit du peintre. Voici déjà les premières signatures, qu’on pouvait trouver dans des revues comme Everyland (Voir la page "d'autres magazines") ou Youth’s Companion, ainsi que dans les illustrations de livres comme Scouting with Daniel Boone. Il n’aimait pas son deuxième prénom, Percevel. Mais il signait parfois quand même en incluant le P. Il y a même quelques signatures où figure un genre de monogramme avec ses trois initiales, quelque chose dans ce goût-là  divers nr02 qui figure sur des illustrations faites pour Everyland. (1914-12) On retrouve parfois la date de l’année sur certaines signatures de Youth Companion.
En parlant d’Everyland, la signature de l’illustration originale de la couverture d’octobre1916 est celle qu’il emploie depuis ses débuts au Post. L'illustration est d'ailleurs partielle sur la couverture, voici la version originale.
Pour le Saturday Evening Post, la signature n’a guère varié entre 1916 et 1939. Parfois l’écriture est mince comme sur Salutation du 1916 05 16 , ou bien le nom et le prénom ne sont pas sur la même ligne et décalés, comme dans Puppett Maker du 1932 10 22. Parfois, il fait des rajouts, comme le mot Hollywood  pour la couverture Gary Cooper  du 1930 05 24, ou bien il signale son appartenance à la Navy par les lettres USNRF  dans Reminiscing  du 1919 01 18.
Sur la plupart des couvertures de l’année 1924, il a rajouté le nombre 24  au dessus ou en dessous de sa signature comme dans Speed du 1924 07 19. D’autres fois, les deux noms se suivent et ne sont pas superposés, comme dans Christmas du 1927 12 03.
Il faut attendre la couverture de Sport  du 1939 04 29 pour trouver une écriture radicalement différente, et un peu de fantaisie dans ses signatures. Une belle écriture presque scolaire, appliquée. Il l'emploiera en alternance avec celle dont il se servait principalement  jusqu'à la fin des années 30's.
Parfois, il se lâche, comme dans les trois couvertures d’April Fool  où les lettres sont inversées, voire renversées ou en effet de miroir ( The Game du 1943 04 03, April's Fool du 1945 03 31 et Curiosity Shop du 1948 04 03) Seules les deux lettres N.R signent The Flirts  du 1941 07 26. On retrouve également ces deux simples initiales sur les illustrations des deux livres consacrés à Tom Sawyer (1936) et Huckleberry Finn (1940).
Sur New York Central Dinner du 1946 12 07, la signature englobe un détail du dessin.
Et puis regardez la signature verticale de High Board  du 1947 08 16, elle donne encore plus de hauteur à ce plongeoir de toutes les angoisses !
Il reprend tout de même régulièrement l’une ou l’autre des ses deux signatures principales.
Souvent , quand il illustre une histoire dans le Post, l’illustration principale comporte une de ses signatures, et il se contente de N.R  pour les illustrations suivantes.
Mais en fonction de son humeur, ou du sujet traité, il modifie son paraphe. Pour le portrait de Bob Hope du 1954 02 13, sa signature se trouve dans un cartouche précédée de "Painted by" ; pour Art Student du 1955 04 16, la signature semble gravée dans le marbre, et elle est gravée dans le bois pour Knot Hole  du 1958 08 30. Pour A Family Tree  du 1960 02 14, la signature suit une branche de l’arbre généalogique, et pour le portrait de Nehru du 1963 01 19, il nous signifie qu’il était en Inde, et précisément à New Dehli pour réaliser ce portrait.
Mais regardez le portrait de Kennedy du 1963 04 06, il est non signé ! Mais sous ce portrait, une ligne typographiée nous indique Painting by Norman Rockwell . Une autre couverture est non signée, il s’agit de Commuters du 1946 11 16.
Enfin, certaines publicités ne sont pas signées non plus, comme pour les soupes Campbell’s ou la bière Budweiser. D’autres publicités non signées lui sont attribuées, comme Flying the Kite pour la compagnie Black Cat Hosiery ou encore une publicité pour Interwoven Socks, où un grand-père allume les feux d’artifice du 4 juillet. (Pas d’image de cette dernière, désolé )
Voilà, vous en savez un peu plus sur la signature de Norman Rockwell !
Ah, j’oubliais une petite anecdote :
Norman Rockwell apparut en 1964 comme le premier prix d'un concours organisé par Skippy (Voir Pubs 12). En fait, le vainqueur du jeu gagnait le portrait de sa famille peint par Norman Rockwell!
Pas mal, non?!
La gagnante fut Elda Wehrmeister, et Norman Rockwell vint passer une journée dans sa famille pour préparer ce tableau. Tout ceci est relaté dans cet article (en anglais, sorry !)
Au prix actuel du Rockwell, c'est bingo pour les héritiers!!!... Mais, regardez donc la signature sur le portrait... il manque le "E" de Rockwell. Peut-être une astuce du peintre pour éviter une spéculation sur ce tableau, prix d'un concours?
En tout cas, les Wehrmeister tiennent à ce qu'il reste dans la famille, car pour eux, il est sans prix!
 
Enfin, Rockwell nous parle d’une entrevue qu’il avait eu  avec George Lorimer, l’éditeur du Post, et qui un jour, le remit en place à propos justement de sa signature…
**Les rapports de Rockwell avec Lorimer, l’éditeur du Post, étaient plus que cordiaux. Rockwell raconte :
"Après la crise, je devins plus intime avec M. Lorimer.. Une sorte de rapports père-fils.
Quand j’allais le voir dans son bureau, il n’était pas rare que nous parlions pendant une demi-heure, mais je repartais toujours avant qu’il ne se soit levé de son bureau. Et je ne l’ai jamais vu en dehors de son bureau. Ni son bureau sans lui dedans, d’ailleurs. Dès le début, il m’appelait « Norman », mais je l’ai toujours appelé « Monsieur Lorimer ».
Il a toujours été indulgent avec mes petites marottes. Comme ma notoriété grandissait davantage à chaque nouvelle couverture, j’avais pris l’habitude de signer mon nom de plus en plus grand. Au début je signais « norman rockwell » puis « Norman Rockwell » puis « NORMAN ROCKWELL »…
Finalement, M. Lorimer me suggéra de réduire un peu ma signature de façon à ce qu’elle ne devienne jamais aussi large que le nom du journal. " Nous devons préserver les proportions, ajouta-t-il. Vous apparaissez sur le Post, mais ce n’est pas le Post qui apparaît à travers vous."
Je fus surpris. Mais je réduis ma signature... et ma vanité !" **

Et pour en finir avec cet article sur les signatures de Rockwell, j'ai la chance (et la fierté!) de posséder trois livres et une carte postale signés par Norman Rockwell! De plus, les trois livres sont des premières éditions, et la carte postale est d'époque ! Elle est pas belle, la vie?!

Pour cet article, je me suis entre autres servi, en plus de mon appareil photo et de mon scanner,  de deux livres qui m’ont été fort utiles dans mes recherches.
 
" NORMAN ROCKWELL ENCYCLOPEDIA " par MARY MOLINE (© CURTIS PUBLISHING COMPANY 1979 )
" NORMAN ROCKWELL : A DEFINITIVE CATALOGUE " par LAURIE NORTON MOFFATT (© Norman Rockwell Museum 1986)

**Extrait du livre : " MY ADVENTURES AS AN ILLUSTRATOR " par THOMAS ROCKWELL ( © CURTIS PUBLISHING COMPANY 1960 ) page 83

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
AMERICAN PETROLEUM INSTITUTE  pub08

 
       pub08
 1959 American Petroleum Institute **

En 1858 , un groupe d’hommes d’affaires créèrent la Seneca Oil Company et demandèrent à un certain Edwin L. Drake, un conducteur de train en retraite, de forer un puits à côté de Titusville, en Pennsylvanie.
Drake utilisa un derrick en bois et un trépan fonctionnant à la vapeur, et, avec l’assistance d’un forgeron nommé William A. ( « Uncle Billy ») Smith et ses deux fils,  il commença à forer en Juin 1959. L’équipe trouva de l’au, puis des rochers, traversa des cavités et finalement, le 27 août 1859, à une profondeur de 69,5 pieds ( ± 23m) ils atteignirent une nappe d’huile qui jaillit à gros bouillons et la compagnie eut son premier succès. Voici la réplique de son premier puits!
Initialement, le pétrole servait plutôt pour les lampes, mais au début du vingtième siècle, une drôle de carriole, sans chevaux pour la tirer et fonctionnant au pétrole apparut. Et en 1910, plus de 450.000 automobiles sillonnaient les routes du pays ! La demande en pétrole s’accroissait sans cesse de nouveaux puits furent forés dans différents états, et la production de pétrole se fit à grande échelle.
Le 20 mai 1919, l’American Petroleum Institute fut créé. Cette organisation à but non lucratif fut fondée par 277 exploitants comportant 7300 membres. Elle était ouverte à toute nouvelle compagnie en rapport avec l’extraction ou l’exploitation du pétrole et ses principaux bureaux se situaient aux Etats-Unis, au Canada et au Mexique.
En 1959 l’American, Petroleum Institute commissionna Norman Rockwell pour peindre une illustration qui commémorerait le centième anniversaire de l’industrie pétrolière et, le 27 Août 1959, exactement 100 ans après qu’Erwin Drake eut extrait les premières gouttes de pétrole à Titusville, un poster apparut sur tous les panneaux publicitaires* du pays. Et c’est aussi cette image qui orne le rapport du centenaire de l’industrie pétrolière, paru lui aussi en 1959. On retrouve également cette illustration sur de nombreux supports, dont cette boite d’allumettes éditée par Texaco, membre de l’A.P.I en 1959.
Après un premier tableau* qu'il laissa finalement de côté, Rockwell simplifia le message en ne montrant plus que trois personnes de l'industrie pétrolière, le technicien, le chercheur, et le distributeur*. Le message passa très bien, mais il faut dire que les modèles choisis par Rockwell étaient conforme à l'image que s'en faisaient le public. Conscience professionnelle du technicien, concentration de chercheur, et contact amical du distributeur.
D'ailleurs, le modèle qui posa pour le pompiste, Herbert Tenney,  avait déjà été remarqué sur une pub pour Shell*, déjà en tant que pompiste ! On ne change pas une équipe qui gagne !
Rockwell fera de nouveau appel à Herbert Tenney* en 1971, pour un portrait d'Audubon, le grand naturaliste Américain, portrait qui parut dans Look du 1971 10 19.
La compagnie Texaco, qui faisait partie de l'American Petroleum Institute, reprit également ce tableau de Rockwell pour illustrer une campagne de pub, avec entre autres des pochettes d'allumettes **
 

*Ces photos viennent des Archives du "Norman Rockwell Museum", Stockbridge, Massachusetts.
** Le rapport du centenaire et la pochette d'allumettes m'ont été offerts à Noël par mes amis Bob & Sue, de Californie.

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

accueil
       Magazines Index       SEP Index                INDEX PUBS   
                            
DIVERS ROCKWELL    DIVERS ROCKWELL 02  DIVERS ROCKWELL 04                          
                  CONTACT : SERGIO     E-mail : lescinqs_nr@hotmail.fr


 



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site