sep16
                     1943 : 5 Couvertures    Index ( Page 01)
                    accueil                                                     Quoi de neuf sur le site?
                    Page Précédente                                     Page Suivante
                                CONTACT : SERGIO     E-mail : lescinqs_nr@hotmail.fr
                    Magazines Index                 SEP Index             INDEX PUBS  
Cliquez sur le titre de chaque couverture pour agrandir celle-ci

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
 
A PROPOS DE
sep1938


THE FOUR FREEDOMS
 
sep1943ff
 
** Rockwell se demandait comment  il pourrait retranscrire les “Quatre Libertés” sur des tableaux. Il voulait faire une série d’illustrations inspirées par le discours qu’avait fait Franklin Delano Roosevelt le  06 Janvier 1941 à propos des « Four Freedoms » (Les Quatre Libertés). Quand toute l’Europe était tombée sous le joug d’Hitler, le Président avait appelé les Américains à aider à stopper les tyrans comme le dictateur allemand, et il avait parlé de ces Quatre Libertés.
Rockwell relut les mots du Président : "La première de ces libertés est la liberté de parole (Freedom of Speech), partout dans le monde. La deuxième est la liberté de culte (Freedom of Worship) partout dans le monde. La troisième est la liberté de vivre à l‘abri du besoin (Freedom from Want) partout dans le monde, et la quatrième est la liberté de vivre à l’abri de la peur (Freedom from Fear) partout dans le monde."
Onze mois après ce discours, les Japonais bombardèrent Pearl Harbour et les Etats Unis entrèrent en guerre le 08 Décembre 1941. Maintenant les soldats américains combattaient partout, au cœur des batailles de la Seconde Guerre Mondiale, et la guerre n’était guère favorable aux alliés. Aussi, Rockwell voulait peindre sa vision des Quatre Libertés et l’offrir comme sa contribution à l’effort de guerre. Il espérait ainsi que ses illustrations aideraient les Américains à comprendre pour quoi ils se battaient.
D’autres artistes avaient été commissionnés par le gouvernement pour peindre des fresques, des timbres et des imprimés illustrant ces Quatre Libertés. Leurs images étaient belles, mais pas dans le style de Rockwell. La parole de Roosevelt était tellement grande et noble, comment Rockwell pourrait-il la retranscrire en images concrètes ? "Je continuais à me mettre dans tous mes états pour trouver des idées, écrivait Rockwell, mais rien ne marchait."

Un jour qu’il tournait dans son lit à la recherche d’une idée, "comme les minutes passaient, vides et sombres,  je me rappelais soudain comment Jim Edgerton, s’était levé pendant une réunion de municipalité et avait parlé d’une chose qui ne plaisait pas à tout le monde. Mais tous l’avaient laissé parler sans l’interrompre.
Mon Dieu ! Ça y était ! J’avais mon « Freedom of Speech » (liberté de parole) Et j’allais illustrer ces Quatre Libertés en faisant poser mes voisins d’Arlington"
Rockwell était si excité qu’il se leva, s’habilla, et enfourcha sa bicyclette pour aller frapper chez son ami Mead Schaeffer, pour lui en faire part, bien qu’il fut 3h00 du matin ! Les jours suivants, Rockwell fit des croquis en taille réelle de ce qu’il avait l’intention de faire. Ensuite, les deux compères partir à Washington avec ces croquis pour en soumettre l’idée au gouvernement.
Mais le gouvernement n’était pas intéressé. Rockwell et Schaeffer étaient à la ramasse de voir qu’ils essuyaient des refus bureau après bureau. La guerre se passait mal, et les officiels étaient surchargés de travail. Le sous-secrétaire au département de la Guerre dit à Rockwell : "Nous aimons votre vision des Quatre Libertés, mais nous ne pouvons pas. Nous n’avons juste pas le temps de nous en occuper. Je pense qu’elles auraient été une bonne contribution. Nous serions très heureux si quelqu’un les publiaient."
Découragés, Rockwell et son ami Scheffer repartirent pour le Vermont mais en faisant un détour pour voir Ben Hibbs, l’éditeur du Post. Rockwell avait quelques projets de couvertures à lui vendre, et il savait que Hibbs en achetait souvent. Hibbs demanda à Rockwell comment s’était passé le voyage à Washington. Et quand celui-ci lui montra les croquis qu’il avait faits, Hibbs fut tout excité et dit à Rockwell : "Vous devez les faire pour nous… Laissez tomber tout le reste. Réalisez juste les Quatre Libertés"
Ils retournèrent à Arlington et Rockwell se mit au travail.
 
sep1943ff  Freedom of Speech

Mais les choses n’allaient pas comme il le désirait et il peignit quatre fois « Freedom of Speech ».
"Je l’avais pratiquement terminé deux fois, trouvant que quelque chose n’allait pas, alors qu’il ne restait que quelques jours de travail." Il avait commencé en représentant une réunion municipale, mais il y avait trop de personnages dans le tableau. A la fin il fit un gros plan sur un seul homme prenant la parole devant ses voisins.
C'est Carl hess qui est debout et Jim Martin est celui qui se retourne. Les autres voisins qui ont posé pour ce tableau sont Bob Benedict, Harry Brown, Rose Hoyt, et Harry Hess

 sep1943ff  Freedom of Worship

Ce fut ensuite le tour de Freedom of Worship (Liberté de culte). La première version de ce tableau se passait dans un salon de coiffure et mettait en scène un Juif qui se faisait raser par un coiffeur protestant alors qu’un prieur catholique et un homme de couleur attendaient leur tour, chacun d’eux appréciant la compagnie des autres. Mais ce tableau, quand il fut soumis à l’appréciation de ses amis, ne fit pas l’unanimité. "Les curés ne ressemblent pas à ça” disaient les catholiques." Son juif et son homme de couleur ne plaisaient pas à ses amis. Aussi Rockwell écarta cette illustration et en commença une autre, et finalement, il représenta un groupe de personnes, les mains jointes pour la prière, chacun implorant son Dieu dans sa propre croyance.
Les voisins qui ont posé pour ce tableau sont Jim Martin juste après Rose Hoyt (la jeune femme blonde), Walter et Clara Squiers, Evelyn Hardy, Winfield Secoy et Amelia Harrington.
Ensuite, « Freedom from Want » et « Freedom from Fear » vinrent très facilement. Il reprit ses croquis originaux et les compléta.

 sep1943ff  Freedom from Want

Pour “Freedom from Want” il représenta sa famille pendant le repas de Thanksgiving, réunie autour de la dinde. "Une des rare fois où j’ai mangé mon modèle !" dit-il. En plus de la dinde, les autres modèles sont Jim Martin ( en bas à droite) Mary Rockwell (2ème à gauche) et Dan Walsh, Shirley et Will Hoisington, Charles et Florence Lindsey, Thaddeus Wheaton et Lester Brush.

 sep1943ff  Freedom from Fear

Pour « Freedom of Speech », il peignit un couple de parents bordant leurs enfants à l’abri dans leur lit. On retrouve une fois de plus Jim Martin (Il est sur les quatre tableaux !) accompagné ici de Margie Coulter, ainsi que les deux enfants David Squiers et Dorothy Lawrence.

Une fois terminés, Rockwell amena les “Four Freedoms” à Ben Hibbs. Le Post fit paraître les illustrations dans quatre N° consécutifs datés de 1943 02 20, 1943 02 271943 03 06 et 1943 03 13 et ce fut un succès énorme. Les illustrations étaient accompagnés de textes d'auteurs très connus :  Booth Tarkington pour "Freedom of Speech", Will Durant pour "Freedom of Worship", Carlos Bulosan pour "Freedom from Want" et Stephen Vincent Benét pour "Freedom from Fear". ( Ces liens mènent aux textes originaux )
Les abonnés réclamaient des posters, et le gouvernement demanda s’il pouvait utiliser les images. Le 15 mai 1943 le Post publia même une lettre de Roosevelt appuyant  la vente des bons de guerre qui offraient à chaque souscripteur une reproduction des tableaux.
Des expositions des quatre tableaux parcoururent les Etats Unis, drainant 1.222.000 visiteurs dans 16 villes.
4.000.000 de posters furent imprimés, et la vente des bons de guerre due aux « Four Freedoms » rapporta exactement la somme de 132.992.539 $ !!!
Les Américains aimaient ces peintures, mais Rockwell n’était pas satisfait avec elles. « Je n’ai jamais aimé « Freedom from Fear » et “Freedom from Want”. Aucune des deux n’a le moindre impact” disait-il. Il pensait que “Freedom from Fear” était pleine de suffisance, car elle suggérait que les Américains pouvaient mettre sans crainte leurs enfants au lit, alors que les familles Européennes croulaient sous les bombes. Et il voyait « Freedom from Want » comme un portrait de la surabondance à une période ou les nations en guerre crevaient de faim. « Je pense que les deux avec lesquelles j’ai eu le plus de problèmes de réalisation, « Freedom of Speech » et « Freedom of Worship » ont plus de portée et parlent plus et mieux. »
Les critiques d’art n’étaient pas toujours d’accord avec Rockwell et beaucoup d’entre eux pensaient que c’était « Freedom from Want » et « Freedom from Fear » qui étaient les plus porteurs. Chacun jugera.
Mais il n’y a aucun doute que les « Four Freedoms » furent un apport majeur à l’effort de guerre Américain. Comme le disait Ben Hibbs, "Ces quatre tableaux devinrent très vite les plus connus et les plus appréciés de cette époque. Ils apparurent juste à temps alors que la guerre se déroulait de tous les côtés, et les Américains furent inspirés par la force et la beauté de leurs messages."
Les « Four Freedoms » sont parmi les plus connues et les plus aimées des peintures aux Etats-Unis, et leur message est toujours aussi fort de nos jours, comme au temps où elles apparurent : “Freedom of Speech”, “Freedom of Worship”, “Freedom from Want”, and “Freedom from Fear” pour tous, partout dans le monde. **

Ces quatre chef-d'oeuvres qui mesurent 112cm x 122cm sont exposés au Norman Rockwell Museum, voici en complément, quelques détails de ces tableaux, par la conservatrice du musée, LAURIE NORTON MOFFATT (Auteur de : " NORMAN ROCKWELL : A DEFINITIVE CATALOGUE " (© Norman Rockwell Museum 1986) qui répertorie et date toutes les oeuvres de Norman Rockwell. Enorme !

"Freedom from Want" a fait l'objet de nombreuses parodies, mettant en scène Mickey, Superman,  les Simpsons et beaucoup d'autres... retrouvez-les ici ! Et même Barrack Obama n'y a pas échappé, le N° de Novembre 2011 de USA Week-End lui était consacré !
D'autres parodies, comme celle d'Art Spiegelman, dénoncent la haine qui s'installe insidieusement contre les musulmans

**Cet article sur les "Four Freedoms" a été rédigé à partir du document écrit par Aila Rankin que j'ai trouvé sur le blog:  http://coffeeandcaffeine.blogspot.fr/2007/06/four-freedoms.html
Je me suis éfforcé d'en faire une traduction la plus proche du document d'origine, qui est fort complet et résume bien la situation et l'état d'esprit qui ont prévalu à la réalisation de ces tableaux.
Que l'auteur en soit ici publiquement remercié.
 
¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

 213eme couverture #213 1943 04 03 The Game (April Fool) (29 x 29cm)

Après avoir fini de peindre les "Four Freedoms", qui étaient des tableaux de grande taille (112cm x 122 cm) Rockwell peignit la première des trois couvertures d'Avril ( "April's Fool" = Poisson d'Avril) qu'il fit pour le Post.
Rockwell dit lui-même "qu'il se relaxa en peignant un petit tableau fou dans lequel un vieil homme en patins à roulettes et une vieille femme portant des patins à glaces jouent aux échecs sans les pièces du jeu d'échec, entourés de bouteilles flottant dans l'air, de canards volants, d'un cerf à moitié endormi, d'un zèbre qui sort d'un tableau, d'un pivert, d'une moufette, d'un poisson qui remonte la cascade qui jaillit dans les escaliers, d'un tapis où poussent des champignons, etc...
Ce fut très relaxant. Le tableau était de taille  modeste puisqu'il était à la dimension exacte de ce qui paraitrait sur la couverture du Post, soit 27 x 28,5 cm. Je n'avais pas à faire attention aux éventuelles erreurs ou à l'authenticité. Tout sur cette couverture était impossible ou faux ! Poisson d'Avril, je me disais, Poisson d'Avril ! J'avais mis tout ce que je m'étais fixé de mettre comme incongruités (En fait, non. Je pensais en avoir mis quarante cinq, mais certains lecteurs en auraient trouvé plus )" *
Avez vous trouvé toutes ces "erreurs" de Rockwell ? Les solutions** - publiées en page 99 du Post vous seront dévoilées demain !
Le Post avait même publié un "avertissement" dans ses colonnes à propos de cette couverture.

*D'après " MY ADVENTURES AS AN ILLUSTRATOR " par THOMAS ROCKWELL ( © CURTIS PUBLISHING COMPANY 1960 ) p.162

**Ça y est, on est "demain" et voici donc quelques unes des solutions proposées par le Post, mais cherchez bien, car un lecteur d'Amérique du Sud affirmait à Norman Rockwell qu'il en avait décelé cent vingt !
¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
 
A PROPOS DE
sep1938
 

 sep1943  1943 05 15 My Studio burns down

15 Mai 1943 : Il est 1h00 du matin, et un automobiliste voit de la fumée qui sort du studio de Rockwell à Arlington, Vermont. Il donne l'alarme en klaxonnant à tout va. Tommy est descendu en pyjama et tambourine à la porte : " P'pa, le studio est en feu ! "
Rockwell s'habille rapidement et veut appeler les pompiers. Pas de tonalité, et pour cause, la ligne passe au dessus du studio, et le feu à fondu les fils du téléphone !... Mr Wheaton, l'homme à tout faire de la maison, file en voiture alerter les pompiers.
Mais cela est inutile, on ne pouvait pas s'approcher à moins de 10 mètres du studio. Au bout de quelques minutes ma collection d'armes à feu commence à exploser.
Quand les pompiers sont arrivés, toutes sirènes hurlantes, l'ncendie ravageait le studio. et Rockwell demanda aux pompiers de sauver la grange, car il était trop tard pour le studio.
Beaucoup de voisins et d'habitants de la ville étaient là, qui regardaient l'incendie, devisant sur les dangers des cigarettes et des allumettes.
En fait, c'est la pipe de Rockwell, mal éteinte qui avait provoquer l'incendie.
Mais il avait perdu beaucoup de choses cette nuit là : toutes ses antiquités, ses costumes - il en avait des dizaines, qui lui servaient pour habiller ses modèles - toutes ses tableaux et illustrations préférés qu'il avait gardés après leur publication, sa collection de vieux pistolets, ses archives photographiques, ses peintures, ses pinceaux, son chevalet, ses crânes d'animaux, tout ce qu'il avait accumulé en vingt-huit ans de voyages et de peinture, et les esquisses pour ses prochains tableaux. Et il était très peiné d'avoir perdu sa collection de pipes.
(En fait, la chose qui le chiffonnait le plus était qu'il venait de passer quatre jours à la Maison Blanche pour faire les croquis d'une double page qui devait être publiée par le Post et intitulée "So, you want to see the President?" (Ainsi, vous voulez voir le Président?) et que ces croquis étaient perdus. Aussi, il se demandait bien si la Maison Blanche accepterait à nouveau sa présence dans ses murs. Mais, 48 heures après l'incendie, il repartait à Washington refaire les croquis préparatoires.)
Alors, Rockwell s'est assis devant les ruines fumantes, et a dessiné l'incendie tel qu'il l'a vécu.
Puis Mary et Norman ont discuté et ont décidé de quitter cet endroit.
Le jour même, - les ruines fumaient encore - , ils ont racheté une autre maison dans la partie ouest d'Arlington, avec de quoi faire un nouvel atelier .
Mais continuons notre promenade dans les couvertures de ces années de guerre...

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

214eme couverture #214  1943 05 29 Rosie the Riveter (? x ?cm)
                                                         
Une des couvertures de Rockwell les plus connues nous montre une jeune femme musclée faisant sa part de l’effort de guerre américain pendant la Deuxième Guerre Mondiale. Le nom « Rosie the Riveter » (Rosie la Riveteuse) apparu dans une chanson avant d’apparaître imprimée ou peinte. En 1942, Red Evans et John Jacob Loeb écrivirent une chanson qui portait ce titre. Elle fut gravée par Paramount Mucic Corp au début de 1943. Elle fut jouée sur toutes les radios du pays. La plus célèbre version en fut celle des « Four Vagabonds ». Leur version de cette chanson devint très populaire et grimpa dans le Hit Parade. Rockwell tira probablement son inspiration de cette vision idyllique de l’héroïne américaine. La « Rosie » de Rockwell est en train de prendre sa pause casse-croûte. En fait, nous savons qu’elle s’appelle Rosie car son nom est marqué sur sa sacoche. Elle semble impériale dans sa façon de poser. Et son biceps a fait le tour du monde !
 
Sur la vidéo de Rosie chantée par les « Four Vagabonds » vous pouvez voir les paroles qui défilent en bas des images. Cette vidéo montre aussi des images d’époque sur le travail de ces femmes qu’on appelait les « Rosies ».
Aucun des lecteurs du Post n’aurait pu oublier pourquoi Rosie est au travail avec son pistolet à riveter, construisant des bateaux et des avions, des tanks et des transporteurs de troupes, des trains d’atterrissage ou même des bombes.
Mais, juste au cas où, Rockwell a rajouté un petit rappel en bas de son tableau. Rosie a un exemplaire de l’autobiographie d’Adolf Hitler, -« Mein Kampf »- qu’elle foule aux pieds sous ses mocassins.
Rockwell trouva en Mary Doyle (elle est devenue Mary Keefe par son mariage) le modèle qu’il lui fallait pour incarner Rosie. Elle avait 19 ans et était opératrice de téléphone à Arlington. Mme Keefe se rappelle avoir rencontrer Mary Rockwell quand elle venait payer sa note de téléphone. Comme beaucoup de résidents dans une petite commune, Mary Keefe devint une connaissance du peintre et accepta immédiatement quand celui-ci lui demanda de poser pour lui. Elle avait un physique plutôt mince, le contraire de Rosie.
Elle se rappelle être arrivée au studio, où Rockwell avait préparé son costume qui comportait à l’origine une chemise blanche et des sandales. Elle prit la pose pour plusieurs photos (toutes furent détruites pendant l’incendie du studio le 15 Mai 1943, voir plus haut sur cette même page), mais elle dut revenir pour une deuxième séance quand Norman décida qu’elle devrait porter une chemise bleue et des mocassins.
Mary Keefe vit pour la première fois le résultat final à Bennington, dans le Vermont alors qu’elle s’approchait d’un kiosque à journaux. Elle venait de voir sur un poster, une publicité pour le N° du Post daté du 1943 05 29 et elle se rappelle qu’elle avait été très choquée de voir la transformation que Rockwell avait fait de son visage aux traits fins, en un visage aux traits plutôt athlétiques. Mais l’artiste s’est excusé plus tard pour cette interprétation plutôt exagérée et des libertés qu’il avait prises à propos de son physique pour la rendre plus apte à manier le lourd pistolet à riveter. L’oncle de Mary Doyle Keefe n’est autre que Jim Martin, qui posa pour les quatre tableaux des « Four Freedoms » (voir plus haut sur cette page).

La pose que prend Rosie est tirée de la représentation du Prophète Isaïe sur le plafond la Chapelle Sixtine peint par Michel-Ange. En fait, peu de temps après que le Post eut publié la couverture de Rosie, un journal du Kansas, le « Kansas City Star », publia côte à côte les deux reproductions. Rockwell a, en plus, rajouté une auréole au dessus de sa tête, sans doute pour appuyer la justesse de la cause de Rosie.
 
Mais ce n’est pas la version de Rockwell qui a le plus été représentée  de toutes les Rosies apparues pendant la Deuxième Guerre Mondiale. C’est un poster peint par J. Howard Miller pour la Westinghouse Company. Son texte disait « We can do it! » (Nous pouvons le faire!). Les droits de distribution avaient été enlevés. Ainsi, contrairement à la Rosie du Post qui avait un copyright, tout le monde peut se servir de celle de Miller et l’éditer gratuitement. C’est pour cela qu’on retrouve cette version de Rosie sur énormément de supports différents comme des mugs, des magnets, des briquets, des paquets de cigarettes, ou des timbres postes. Alors que Curtis Publishing détient les droits de  la « Rosie » de Rockwell depuis que celle-ci apparut en couverture du Post, et qu’il faut payer pour l’utiliser.
La Rosie de Miller venait en fait d’une photo. En 1941, un photographe de l'agence UPI (United Press International) photographia dans l'usine d'American Broach & Machine Co. à Ann Harbor, Michigan une jeune ouvrière de dix-sept ans nommée Geraldine Doyle. L'année suivante, l'illustrateur J. Howard Miller réalisa pour le compte de Westinghouse une série d'affiches appelant à l'effort de guerre. Parmi elles, celle-ci dont le personnage s'inspire de la photo représentant Geraldine Doyle.
Cette affiche fut collée sur les murs d'une usine Westinghouse pendant deux semaines seulement, du 15 au 28 février 1942. Recouverte par les autres affiches de Miller, elle disparut totalement. Geraldine Hoff Doyle est décédée à quatre vingt six ans le 26 Décembre 2010, ne découvrant qu’en 1982 que c’était elle qui était sur l’affiche…

Petit point étonnant que vous avez dû remarquer, les deux Rosie ont en commun le nom de "Doyle", une de par sa naissance, et l'autre de par son mariage... Sacré hasard !
 
Une comédie de Joseph Stantley avec Jane Frazee « Rosie the Riveter » est sorti en 1944 et raconte l’histoire d’une de ces Rosies.
En 1980, un documentaire de Connie Field « The Times and Life of Rosie the Riveter” retrace la volonté et l’envie qu’avaient ces femmes de continuer à faire avancer le pays. Ce documentaire a été choisi par la Bibliothèque du Congrès pour figurer au National Film Registry qui préserve les films à caractère historique, culturel et social.
En 1945 une certaine Norma Jeane Dougherty née Baker, qui avait 19 ans à l’époque et travaillait à la fabrique de munitions “Radioplane” à Burbank, Californie. Cette « Rosie » deviendra bientôt célèbre sous le nom de Marilyn Monroe
 
La Rosie de Rockwell, avec en fond le drapeau Américain  est devenue un symbole encore plus grand que ce à quoi il était originellement destiné. Le tableau et la chanson populaire qui avait inspiré cette peinture étaient un hommage à toutes les femmes Américaines. Pendant la Deuxième Guerre Mondiale, la plupart, si ce n’est tous, des hommes valides étaient sur les fronts en Europe ou dans le Pacifique, combattant les ennemis. Les femmes, qui étaient seulement secrétaires, femmes de ménage ou mères au foyer avant la guerre se retrouvèrent au « front intérieur ». Ces femmes, ces « Rosies » se retrouvaient soudain au service de la nation. Sans la force de travail de ces femmes, les hommes engagés au combat se seraient retrouvés sans munitions, sans uniforme, sans chaussures et sans fusil. Et ils auraient aussi manqué de choses essentielles comme la nourriture. L’industrie se serait arrêtée sans les « Rosies » de l’Amérique.
 
La « Rosie » de Rockwell aurait du être distribuée en de nombreux exemplaires, mais le Post était apparemment coincé par une histoire de violation des droits détenus par les auteurs de la chanson. Un poster avec le texte « Rosie the Riveter » avait été distribué aux nouveaux vendeurs, annonçant l’arrivée du N° du Post. Mais redoutant sans doute des poursuites judiciaires à cause de l’emploi du titre, Curtis Publishing fit retirer tous les posters. Une reconnaissance signée établissant que tous les posters avaient été détruits fut exigée de chaque vendeur. Aucun exemplaire existant de ce poster n’est connu à l’heure actuelle. Et si d’aventure quelqu’un en possède un, ce serait vraiment LA pièce de collection !

L’histoire du tableau original de Rockwell est assez tortueuse mais emprunte de clarté. Il mesure 52 x 40 pouces. (132.1 x 101.6cm.)
En 1943, le tableau fut donné au Département du Trésor Américain en charge des Emprunts de Guerre. « Rosie » participa à une tournée d’expositions dans les plus grandes villes Américaines. D’autres œuvres étaient montrées pendant ces expositions. Et des tombolas étaient organisées pendant ces manifestations, certaines offrant une œuvre originale au possesseur du ticket gagnant.
Et, pendant l’exposition de Philadelphie, Mme P.R. Eichenberg , originaire de Mount Lebanon en Pennsylvanie se fit remettre le tableau de Rockwell en échange du bon ticket !

On retrouve ensuite la trace du tableau  dans la vitrine de la « Chicago Pneumatic Tool C° » sur la 44ème rue Est à New York City. Cette société distribuait des pistolets à riveter similaires à celui qu’utilise Rosie sur le tableau. Et une histoire de cette peinture était également affichée dans la vitrine.
Pendant une exposition itinérante qui dura de Novembre 1999 à Février 2002, le tableau est vendu (lire l'article du lien précédent jusqu'au bout) à un collectionneur anonyme pour 2.000.000 $ (il sagirait en fait de Salem B. Lewis, un collectionneur de New-York) en 2000. L’exposition s’intitulait « Norman Rockwell : Pictures for the American People » (Norman Rockwell : Images pour les Américains) et s'est aussi tenue au musée Guggenheim de New York. « Rosie » était même en 4ème de couverture du catalogue de l’exposition.

En 2002 ce collectionneur décide de revendre « Rosie » et le 22 mai, Sotheby’s vend le tableau pour 4.959.500 $ , en présence de Mary Doyle Keefe. Des quatre enchérisseurs qui font grimper le prix à coups de 100.00 $, c’est le couple Kelly et Jason Elliott, propriétaires de la galerie Elliott à Aspen, Colorado, qui remporte le lot.
Bonne affaire pour le vendeur, non?! Deux fois et demi la mise initiale en 2 ans !
« Rosie » était la peinture représentative de l’Amérique que préférait de Jason Elliott. Dans une interview au New York Times, il expliquait que « Rosie the Riveter » était le premier tableau qu’il ait vraiment apprécié, alors qu’il passait ses diplômes.
Le tableau fut exposé pendant quelques temps dans sa galerie.

Puis il fut revendu en Juin 2009, pour un montant non dévoilé, au « Crystal Bridges Museum of American Art » de Betonville en Arkansas (où se tiendra l’exposition « American Chronicle : the Art of Norman Rockwell » du 09 Mars au 27 Mai 2013).
Ce musée est ouvert au public depuis Mars 2012, il est sponsorisé par Warlmat, la plus grande chaine de magasins d’alimentation aux Etats-Unis. L'entrée est gratuite pour les collections du musée, mais payante pour les expositions temporaires. Vous pourrez donc voir Rosie gratuitement, et tout le monde pourra profiter de ce tableau iconique de Norman Rockwell.

Rockwell peignit une autre Rosie, en Septembre 1943, intitulé « Rosie to the Rescue », « Liberty Girl » ou  « Woman (Home Front) », mais nous en reparlerons prochainement…**
 
** Cet article est la traduction d’un document paru sur le site « http://www.best-norman-rockwell-art.com/ » auquel j’ai rajouté quelques petits compléments d’informations.
Merci à son auteur, Keith McDonald, grand spécialiste et collectionneur de tout ce qui se rapporte à Norman Rockwell.
J'ai aussi pioché des informations sur d'autres sites comme http://jbavitrolles.blogspot.fr/2011/07/la-veritable-histoire-de-rosie-voir-une.html (Reprise d'un article paru le 01 Janvier 2011 sur le blog "La Boite à Images"du journal "Le Monde", article qui n'est plus disponible sur le Web) et aussi sur le site http://osezlefeminisme69.hautetfort.com/tag/we+can+do+it qui raconte une histoire de la lutte des femmes pour leurs droits.
Pour les anglophones, voici un très long article très bien illustré qui vous raconte les « Rosies »…

Mary Doyle Keefe est décédée le 22 avril 2015 à l'âge de 92 ans. Elle restera pour toujours cette "Rosie", symbole de l'engagement des femmes dans l'effort de guerre Américain.
 
sep1943




¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤



                    accueil                                                     Quoi de neuf sur le site?
                    Page Précédente                                     Page Suivante
                                CONTACT : SERGIO     E-mail : lescinqs_nr@hotmail.fr
                    Magazines Index                 SEP Index             INDEX PUBS
 



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site