sep16
                     1928 : 9 Couvertures    Index
                    accueil                                                     Quoi de neuf sur le site?
                    Page Précédente                                     Page Suivante
                                CONTACT : SERGIO     E-mail : lescinqs_nr@hotmail.fr
                    Magazines Index                 SEP Index             INDEX PUBS
 A VENDRE

 
Cliquez sur le titre de chaque couverture pour agrandir celle-ci

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

A PROPOS DE
sep1938

Rockwell n'aimait pas qu'on lui impose, ni même qu'on lui propose une idée de couverture ou d'illustration. Il voulait rester le seul maitre de ses choix.
Souvent, dans les courriers qu'il recevait, il n'était pas rare qu'une personne  lui dise "qu'il avait un oncle ou un fils qui feraient parfaitement le modèle pour tel ou tel sujet de couverture, et d'ailleurs comment cela se fait-il qu'un si bon sujet n'ait pas encore été traité?"
Rockwell était la source unique de ses illustrations. Dans ses mémoires "MY ADVENTURES AS AN ILLUSTRATOR" (page 108 ) Rockwell nous raconte comment il procède.
"Parfois, après avoir passé plusieurs heures à crayonner n'importe quoi, et à froisser des tonnes de papier, passé des heures à regarder au plafond, ou au mur, sans trouver le moindre sujet digne d'intérêt, je me dis : bon, il faut que cela cesse, je ne peux pas passer des heures ainsi avec l'esprit aussi vide qu'une chope de bièreà l'Elks Club. Je dois trouver la direction où aller, sinon, je n'ai plus qu'à continuer à griffoner et me ballader toute la journée. Aussi, je me suis imposé un système que j'utilise depuis de nombreuses années."
" Quand je suis à cours d'idées, il qu'il m'en faut à tout prix de nouvelles, je commence par prendre un repas léger. Ensuite, je taille une vingtaine de crayons, je pose une douzaine de bloc de feuilles sur la table de la salle à manger, et j'approche une chaise.Je m'assois, et là, je dessine un réverbère. ( Je crois que je suis devenu le meilleur dessinateur de réverbères de toute l'Amérique !) Ensuite, je dessine un marin émèché qui s'appuie au réverbère. Puis je pense au marin. Est-ce que sa fiancée est avec un autre pendant qu'il est en mer? Non. A-t-il échoué là sans argent? Non. Puis j'imagine le marin ravaudant ses fringues à bord. Cela ne me rappelle-t-il pas une maman racommandant le pantalon de son ptit garçon? Bon que va-t-elle trouver dans ses poches? Un lance pierre? Un couteau? Une tortue ? Qu'est ce qu'il ferait bien d'une tortue? Bon, alors je dessine une tortue qui avance doucement. Et cela me fait penser aux gamins qui vont à l'école. Non, ce sujet a été traité des dizaines de fois. Et si je parlais des gamins à l'école? En train de tirer les nattes de Suzy., d'écrire au tableau, de réciter un poème. Non, rien de tout ça, bien sûr, les gamins n'aiment pas l'école! Dessiner un gamin qui regarde par la fenêtre ? Je l'ai déjà fait. Des chiens qui cavalent après un chat, un chat coincé en haut d'un arbre? Un clochard qui vole un gâteau ? Déjà fait. Etc...
Je fais cela pendant plusieurs heures, ma poubelle vomissant toutes les boules de papier que je jette.
Et puis, je reprends tous les brouillons que j'ai fait, et finalement j'en trouve toujours un qui n'est pas si mal, il y a quelque chose qui m'interpelle. Et je le reprends, je modifie, j'ajoute, j'enlève. Et voilà, ma couverture du Post est quasiment faite. "
"Penser à une idée, est le travail le plus dur que j'ai à faire. Jamais une idée ne m'est tombé du ciel pendant que je nettoyais mes pinceaux, ou que je me rasais, ou que je sortais la voiture du garage. J'ai du me battre constamment pour les extirper de mon esprit, ou bien torturer mon esprit jusqu'à ce qu'une idée vienne. Ca m'a toujours semblé comme essayer de faire saigner une pierre.
Les seules idées qui viennent sans que j'ai à me battre sont celles qui viennent spontanément, en voyant un objet, ou en entendant quelqu'un parle de tel ou tel sujet. Ca s'assemble tout de suite dans mon esprit et cela donne des couvertures comme le "Ouija Board" ou "The Wonders of Radio" ou "Crossword Puzzle".
 
¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤


nu #103 1928 01 21 Uncle Sam takes Wings (86 x 61cm)

L'Oncle Sam de Norman Rockwell semble satisfait. Il est beaucoup plus détendu que celui de James Montgomery Flagg, le célèbre "I want you for the Army".
Moins d'un an auparavant le "Spirit of St Louis", le fameux avion de Charles Lindberg (l'avion du fond, sur la couverture ), a traversé l'Atlantique.
Et maintenant, l'Amérique a clairement pris son envol.
C'était une période de prospérité excitante, et les rêves et les espoirs des Etats-Unis grandissaient chaque jour davantage.
Un an plus tard, avec la Grande Dépression, l'atterrissage n'en sera que plus difficile...

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

nu #104 1928 04 14 Adventurers (72 x 49cm)

Monde ancien, monde moderne... cette double couverture joue sur les contrastes entre le sombre de l'antre du vieux savant, et la lumière qui entoure le jeune aventurier. Le vieillard a le regard tourné vers le connu, alors que le jeune capitaine a le sien tourné vers l'inconnu. L'un s'en contente, l'autre s'en repait.
Rockwell teste aussi les limites de ses illustrations vis à vis de la direction du journal. Les dirigeants du journal laisseront-il passer les mots "Evening Post" à moitié cachés par le cadrage de Rockwell ? Car ce titre est un symbole dans la presse américaine.
Ils ne diront rien, et laisseront faire Rockwell, car ils savent que la signature de Rockwell fait maintenant partie intégrante de l'identité du journal et qu'il n'est nul besoin de mettre le titre en avant quand c'est lui l'illustrateur
Des années plus tard, Nike a réussi le même tour de force en faisant identifer son sigle à son nom.
¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

105eme couverture #105 1928 05 05 Spring  (? x ?cm)                                                                

Après l'Amérique qui prend son envol dans "Uncle Sam takes Wings" du 1928 01 21 et les aventuriers du 1928 04 14 "Adventurers" les deux précédentes couvertures de Rockwell, celui-ci continue dans sa démonstration de l'Amérique qui fonce avec ces deux jeunes gens qui marchent d'un pas décidé vers l'avenir. Un avenir qui se voudrait plein de promesses et rayonnant.
Hélas ! Bientôt le "Jeudi Noir" et la "Grande Dépression" qui suivit mirentt un coup de frein à beaucoup d'espoirs d'une vie meilleure due au travail et à la volonté des gens.
Et une autre menace se profile, bien lointaine encore, mais qui fera vaciller les bases mêmes de notre société. En bas du journal, en gros titre est annoncé l'arrivée d'une série d'articles sur Benito Mussolini, qui sera un des acteurs majeurs de cette menace. Mais cela, personne ne le sait encore en 1928. Et il faudra malheureusement ces six années de guerre pour relancer la dynamique américaine et la faire basculer dans une nouvelle ère de prospérité.
La jeune fille s'appelle Elizabeth Kelly-Allison et Rockwell la fit apparaitre  sur de nombreuses couvertures comme "The Diary", "The Artist", "Serenade", "The Critic", "April Showers", "Yarnspinner", pour le Saturday Evening Post ou encore "On the Top of the World" pour le Ladie's Home Journal.
Quand au garçon, c'est encore une fois Franklin H Lischke que l'on a déjà vu sur : "No Swimming", "Sneezing Spy, "Boy Gazing at Window", "The Rivals", "The Accordionist", "Self Portrait ", "The Buggy Ride" et "The defeated Suitor".
Les deux jeunes gens ont la même volonté d'avancer, le regard dans la même direction, ils ne se retourneront pas. Le cercle amplifie encore le regard, et on s'attend presque au bruit du talon qui va frapper le sol.
L'avenir de l'Amérique passe par la jeunesse, et Rockwell l'encourage. Il est patriote et l'exprime dans ses illustrations. Les jeunes sont les meilleurs gardiens de la liberté, et aller de l'avant est leur moyen d'avancer dans une nouvelle ère de progrès et de bien-être.
                                                               
¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

 nu #106 1928 05 26 Man painting a Flagpole (Gilging the Eagle) (43 x 29cm)

Retour de James K. Van Brunt en train de repeindre l'Aigle, symbole des Etats-Unis.
Rockwell aura vraiment tout fait faire à son modèle fétiche !
Cette couverture a eu énormément de succès et était une de celles que Rockwell considérait comme des plus réussies.
Malgré la position spectaculaire de Van Brunt, celui-ci ne marque aucune émotion particulière que pourrait lui donner la hauteur à laquelle il travaille, comme le vertige, par exemple. Non, il est impassible et peint son aigle comme s'il il lisait son journal.
Insensible à la vue sur la ville, il fait son boulot, bien calé sur son siège de fortune (il semble qu'il ait une corde de rappel - mais fixée où ça? - , à moins que ce ne soit une corde pour monter ses peintures sans qu'il ait besoin de redescendre). Il fume même la pipe.
L'aigle est le Symbole National et il faut le repeindre? Alors Van Brunt fait son devoir de citoyen, et donne un peu de son temps à la nation.
Déjà quatre couvertures en 1928, et aucune des quatre n'a échappé à un rappel de patriotisme.
Sans doute un besoin de Rockwell d'afficher l'attachement qu'il vouait à son pays. 

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

nu #107  1928 06 28 Wedding March (79 x 66cm)

Rockwell fait une fois de plus appel à James K. Van Brunt pour illustrer cette couverture du Post. Mais un Van Brunt rajeuni, avec des cheveux sombres et aux tempes grisonnantes, la moustache brune, plus courte.
Un véritable maestro ! Il joue "Wedding March" - La Marche Nuptiale - sur son magnifique piano. C'est une de ses dernières apparitions en couverture du Post. On le retrouvera encore l'année suivante pour "Gossips"et "Jazz it up" et plus tard - en 1939 -  pour une couverture posthume,  "The Druggist".
Rockwell a soigné le décor. Le piano est richement ouvragé, avec des pieds travaillés et de magnifiques incrustations sur ses panneaux. Van Brunt est rayonnant, et son habit de scène tombe impeccablement bien. Cela le change des frippes qu'il porte habituellement ! La partition semble un peu défraichie, mais c'est sans doute dû aux nombreuses répétitions et à la fougue affichée de J.K.V.B !

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

108eme couverture #108 1928 07 21 The Critic (? x ?cm)

La jeune fille s'appelle Elizabeth Kelly-Allison et Rockwell la fit apparaitre  sur de nombreuses couvertures comme "The Diary", "The Artist", "Spring", "Serenade",  "April Showers", "Yarnspinner", pour le Saturday Evening Post ou encore "On the Top of the World" pour le Ladie's Home Journal.
Rockwell aimait les critiques à propos de ses oeuvres.
Rockwell est probablement l'artiste qui a le plus souvent accepté les critiques, surtout si elles n'allaient pas dans son sens.Quand il avait un soucis avec une peinture, il n'hésitait pas à faire appel à la première personne qui passait  et lui demandait son avis. Il a ainsi consulté des facteurs, le laitier, des charpentiers, un conducteur de camion, des plombiers, et des livreurs ! Sans oublier ses voisins ou d'autres illustrateurs !**
Pendant longtemps, les éditeurs du Saturday Evening Post étaient exaspérés par cette habitude qu'il avait. Ils pensaient que les voisins de Rockwell n'étaient pas nécessairement qualifiés pour critiquer des oeuvres d'art et que leurs idées et opinions retardaient en fait la publication programmée du journal !
Mais Rockwell défendait sa façon d'agir en disant que de faire appel au voisin ou au quidam lui montrait forcément que la portée de ce qu'il voulait représenter était bien réelle.
"S'ils ne comprenaient pas l'histoire que je racontais dans ma peinture, il était clair que je n'avais pas réussi ma toile et que de nombreux lecteurs du Post à travers le pays ne comprendraient pas non plus.
Aussi prenait-il les critiques comme une partie fondamentale de son oeuvre.
**Images prises sur le livre "NORMAN ROCKWELL ILLUSTRATOR"par ARTHUR L. GUPTILL
(© Watson Guptill Publication 1946)

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

nu #109 1928 08 18 Fleeing Hobo (? x ?cm)

L'époque n'était pas très bonne en 1928, économiquement parlant. Le chômage s'amplifiait.
Les clochards, les "Rois de la route" comme ils s'appelaient eux-mêmes, étaient très nombreux sur les routes ...ou sur les rails**. Ils faisaient partie des sujets de prédilection des auteurs et illustrateurs.
Leur liberté de vie et leur mobilité constante faisait des envieux chez les personnes en difficulté financière, et certains franchissaient le pas en laissant le peu qu'ils avaient. Leur principal souci devenant de savoir si ils allaient courir assez vite pour échapper au chien qui les poursuivrait fatalement quand ils voleraient une belle tarte posée sur la fenêtre pour refroidir!
Rockwell aimait à les représenter et ses clochards apparurent plusieurs fois en couverture du Post ou sur des publicités.
Ici, c'est Harry Seal qui pose pour cette couverture "Fleeing Hobo", et on le retrouvera également sur d'autres couvertures du Post, ce qui me donnera l'occasion de vous parler de lui un peu plus tard...
Pour une fois, le chien n'est pas le meilleur ami du clochard, contrairement aux autres couvertures peintes par Rockwell comme "Homecoming (Pals)" ou "The Hobo" !

**Images du site : http://lucreciabloggia.blogspot.com/2011/12/chronique-artistique-no12-hobo-nickels.html
¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

110eme couverture #110 1928 09 22 Serenade (? x ?cm)

Un artiste ne doit pas se contenter d'être particulièrement doué avec ses palettes, pinceaux et chevalets, mais il doit aussi avoir une grande culture historique, littéraire et musicale.
Tout est combiné dans cette couverture de Rockwell.
Le jeune musicien joue la sérénade à sa belle, et semble particulièrement motivé pour s'attirer ses grâces. Elle, les yeux dans le vague, se laisse bercer par les notes de musique et la mélodie qu'il lui chante.
La jeune fille s'appelle Elizabeth Kelly-Allison et Rockwell la fit apparaitre  sur de nombreuses couvertures comme "The Diary", "The Artist", "Spring", "The Critic", "April Showers", "Yarnspinner", pour le Saturday Evening Post ou encore "On the Top of the World" pour le Ladie's Home Journal.
Shakespeare, "le Barde d'Avon" veille sur eux, et accessoirement sert de porte chapeau !
Sous la nuit étoilée, la lumière éclaire gentiment cette petite scène amoureuse.
Les deux tourtereaux ont mis leurs plus beaux habits. L'ensemble vert de la jeune fille est magnifique et une beau foulard rehausse son apparence. Le jeune homme est habillé comme un futur fiancé ! Beau costume, chaussures bicolores vernies, pantalon qui tombe bien, tout est fait pour plaire !
Cette couverture nous rappelle celle du 1924 08 30 "The Accordionist". Le ciel étoilé est similaire, les positions semblables. Mais Rockwell a changé les habits, l'instrument de musique, la lumière, et les regards.
Les livres au pied du monument ne nous trompent pas : nos petits amoureux issus de la classe populaire sont ici devenus deux étudiants.
Espérons que leur destin ne rejoindra pas celui de "Roméo et Juliette"!

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

111eme couverture #111 1928 12 08 Merrie Christmas (86 x 66cm)

Une scène de Noël très victorienne, qu'on croirait scénarisée par Charles Dickens ! Le danseur n'est autre que Pop Fredericks, et il a l'air de vraiment prendre du plaisir à danser sous le houx et le gui. La mine réjouie, et l"oeil presque goguenard, le voilà parti pour une sacrée gigue !
Noël était la fête attendue dans tous les foyers américains, et le Post se devait d'apporter des couvertures de Noël qui réjouiraient les lecteurs.
Rockwell avait souvent la tâche de les illustrer, pendant que J.C Leyendecker illustrait celles du Nouvel An. Le Post leur est redevable pour une grande partie de la renommée - et du tirage ! - qu'il avait.

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
   




                    accueil                                                     Quoi de neuf sur le site?
                    Page Précédente                                     Page Suivante
                                CONTACT : SERGIO     E-mail : lescinqs_nr@hotmail.fr
                    Magazines Index                 SEP Index             INDEX PUBS







 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site