sep16
                     1923 : 9 Couvertures     Index
                    accueil                                                     Quoi de neuf sur le site?
                    Page Précédente                                     Page Suivante
                                CONTACT : SERGIO     E-mail : lescinqs_nr@hotmail.fr
                    Magazines Index                 SEP Index             INDEX PUBS
Cliquez sur le titre de chaque couverture pour agrandir celle-ci


¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

nu  #54 1923 02 03 A Meeting of Minds (71 x 51cm)

Une très belle scènette pour cette première couverture de Rockwell en 1923, sa  54ème pour le Post "Meeting of Minds" du 1923 02 03. La petite fille qui danse devant son Papy est toute pleine d'innocence et de grâce, et fait une jolie révérence à l'attention du musicien.
La musique tiendra au fil des ans une grande place dans le monde de Norman Rockwell. Beaucoup de ses futures couvertures interprèteront, chacune à sa façon, la vision musicale de Rockwell. A travers différents instruments, comme le violon, la flûte, l'accordéon, la guitare, le piano, l'orgue, le saxophone, le violoncelle, le chant, la trompette et jusqu'au Papy qui écoute l'opéra sur sa radio, toutes ses " couvertures musicales "donnent envie d'écouter ou d'apprendre la musique.
Sur cette couverture, le motif est clairement le charme, l'éternelle relation entre les jeunes et les ainés, l'eveil du corps aux sons de la musique. Les enfants sont instinctifs, on n'a pas besoin de leur apprendre la danse, la musique les fait remuer spontanément. Et la façon dont la petite fille soulève sa petite jupe est vraiment pleine de grâce et fait sourire le Papy.
C'est la première des collaborations de Pop Fredericks avec Norman Rockwell. On le retrouvera cette même année" dans "The Cruise"  du 1923-09-08 et dans "Christmas Carol" du 1923 12 08

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

nu #55 1923 03 10 Bedside Manner (? x ?cm)

" Si vous voulez un véritable ami dans ce monde, prenez un chien " disait le Président Harry S Truman
Couverture typiquement " Rockwellienne " que ce " Bedside Manners " du 1923 03 10.
Les rapports homme-enfant / chien sont un des sujets de prédilection de Rockwell.
Ce jeune garçon aurait pu tout aussi bien apparaitre sur une des couvertures de " Boy's Life ", le magazine des " Boy Scouts of America ".
D'ailleurs, regardez cette illustration - " Boy's will be Men " ( = Les garçons seront des hommes ) - qui parut dans le " Red Cross Magazine " de Novembre 1918 et qui nous montre une scène similaire dans ses pages.
" Les scènes quotidiennes de l'Amérique sont pour moi des sujets d'une richesse incomparable " disait Rockwell et ce sont ces moments qu'il faut garder dans son coeur. Ces scènes ne sont jamais rébarbatives. Elles sont excitantes quand elles arrivent pour la première fois, puis attachées en nous quand elles se répètent.
Rockwell partageait la vision d' Emily dans  "Our Town " de Thornton Wilder. Emily, morte, apparaissait en fantôme à sa famille et leur disait de garder les bons moments dans leur coeur au lieu de ressasser les mauvais souvenirs.
Rockwell appréciait la valeur de ces petits évènements et les retranscrivait avec justesse sur ses toiles.

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

nu #56 1923 04 28 The Virtuoso (? x ?cm)    
 

Pour sa 56 ème couverture, " The Virtuoso " du 1923 04 28, Rockwell nous fait pénétrer dans une salle de concert. Quand il était étudiant à l' "Art Students' League", il avait trouvé un travail de figurant au "Metropolitan Opera House", et il avait une certaine expérience de ces salles de concert.
Ce qui frappe dans ce tableau de Rockwell, c'est le regard du vieux violoniste qui, à l'écoute du jeune virtuose semble se remémorer son passé et sa jeunesse perdue. Il attend son tour de jouer, mais il ne fera pas de solos, il jouera seulement avec les autres violons. Son visage nostalgique laisse entrevoir les opportunités de carrière manquées, pendant que les spots font resplendir le visage du virtuose qui n'est qu'au début d'une carrière qui sera sans doute très longue et pleine de succès.
Il est à noter que Rockwell peignit rarement d'autres personnages en costume d'apparat pour le Post ( à part les serveurs et les garçons de café )


¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
                  
nu #57 1923 05 26 Clown (52,5 x 45cm)

Ce clown, sur la couverture du 1923 05 20 " Clown " n'est pas sans rappeler une couverture précédente du 1918 05 18 " Off Duty Clown ", ou un clown se relaxe après une représentation. Ici, le clown est, lui aussi, hors piste et il apprend un tour au petit chiot, sous l'oeil averti du chien, qui doit être la vedette auprès du clown. Nul doute que  le jeune chiot sera un jour le protagoniste des farces du clown. Le clown a un regard plein d'indulgence pour le jeune chien, et celui-ci s'applique à réussir le tour demandé. Rockwell a toujours eu des compagnons à quatre pattes dans sa maison, il les aimait beaucoup, et ceux-ci lui rendaient bien.
Rockwell a fait d'autres illustrations mettant en scène clown et gens du cirque. 
" Runaway Boy and Clown " a fait la couverture du magazine "Life" du 1922 06 01,
" Checkers "était une illustration pour le magazine "Ladies' Home Journal" du 1929 07 et " Willy takes a Step " illustra une histoire de Don Marquis ( écrivain et humoriste célèbre des années 20/30, auteur de nombreuses nouvelles et histoires dans des revues comme le Saturday Evening Post, Collier's ou Cosmopolitan) dans le mensuel "American Magazine" de 1935 01.

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

nu #58 1923 06 23 Vacation (76 x 56cm)

" Ce qui n'était pas facile à l'époque, était de faire poser des modèles pendant des heures. J'ai du " biaiser" pour cette couverture du 1923 06 23 "Vacation" . Le garçon était en fait assis dans un fauteuil, avec les bras audessus de la tête, et les jambes étendues. Je ne me servais pas de photographies à l'époque, et il fallait sans cesse surveiller la bonne pose du modèle. Une fois le personnage peint, je n'ai eu qu'à le retourner pour l'intégrer dans le décor que j'avais choisi ". Voilà en gros, ce que disait Rockwell de cette couverture.
On retrouve toutefois l'influence de JC Leyendecker dans la façon d'inscrire la légende ( " Vacation " ) dans le design de la couverture, un cercle ici en l'occurence.
Le lance pierre et le bouchon qui tombent de la poche du gamin nous montrent bien que ce début de vacances était très attendu. Et la cabriole qu'il fait en est l'expression !


¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤


nu#59 1923 08 18 Farmer and Birds   (52 x 44,5cm)           


Rockwell a peint de nombreuses couvertures pour un autre titre de Curtis publishing, " Country Gentlemen ". Ce magazine était plutôt destiné au monde rural et les couverures que faisaient Rockwell reflétaient bien les bonheur de la vie à la campagne. Il créa d'abord pour ce magazine le personnage citadin de Reginald et ses cousins de la campagne, qu'il mit en scène sur quatorze couvertures . Puis il illustra vingt autres couvertures : en voici huit, puis les six suivantes. Et voici les six dernières.
Pour sa 59 ème couverture pour le Post, " Farmer and Birds " du 1923 08 18, Rockwell joue du contraste des grosses mains travailleuses du paysan qui tient délicatement le petit oiseau tout frêle qu'il vient de recueillir.
La faux et le brin de céréales complètent ce tableau bucolique pendant que la mère oiseau semble rassurée quant à l'issue probable pour son poussin.
Il est à noter que le modèle pour ce tableau est le même homme qui lisait le courrier sur le Post du 1922 02 18 " Sorting Mail "

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

60eme couverture #60 1923 09 08 The Cruise  (77,5 x 67cm)                              

Pop Fredericks était un des modèle attitrés de Rockwell. Il n’avait pas eu la carrière d’acteur qu’il pensait mériter, et s’était tourné vers la pose. Il avait fait le pari avec un autre modèle à savoir qui des deux tiendrait le plus longtemps la pose. Son concurrent posa pendant 8 heures d’affilée pour JC Leyendecker sans le moindre arrêt, aussi Pop Fredericks dit à Rockwell qu’il était prêt à dépasser ces huit heures. Il s’assit donc dans le relax et pris la pose. La séance dura 8h30 et Pop s’endormit même plusieurs fois, mais il gagna son pari ! Il en résulta la couverture de  "The Cruise"  du 1923-09-08. Il fit de nombreuses autres couvertures pour Rockwell.

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

nu #61 1923 11 10 The Age of Romance (? x ?cm)


Norman Rockwell vouait une grande admiration à certains artistes comme Edwin Austin Abbey, Frederic Remington et Howard Pyle.
"En quelque sorte, nous portons le deuil de cette époque des grands illustrateurs, quand l es belles éditions qu'ils illustraient pour des auteurs comme Dante, Shakespeare ou Walter Scott faisaient les beaux jours des librairies et bibliothèques " déplorait Norman Rockwell.
Toujours d'après lui, ces peintres se sentaient investis d'une mission, et la réalisait avec sincèrité. Ils aimaient la notion de détail et traitaient leur sujet de telle sorte que le lecteur était sûr que l'illustration était la plus proche possible de la vérité.
Dans cette couverture du 1923 11 10 "  The Age of Romance "( intitulée aussi " Lands of Enchantment " ), Rockwell rend hommage à ses prédécesseurs par la précision de son chateau et par l'harnachement du cheval.
Mais son adolescent rêveur (le garçon qui posa comme modèle s'appelait Eric Nightingale ) - digne d'un Walter Mitty - est aussi le signe que la nouvelle époque des illustrateurs est en marche. Celle qu'impose les magazines : Populaire, humour, identification au personnage.

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

62eme couverture #62 1923 12 08 Christmas Carol (72 x 54,5cm)

Dans cette couverture " à la Dickens " on retrouve deux des modèles favoris de Rockwell : Dave Campion qui joue du violon et Pop Fredericks qui joue de la chalemie, genre de hautbois.
"Ca n'a pas été simple de les faire poser, mais je crois qu'on a atteint la meilleure représentation possible d'un concert de Noel avec ces gars-là" a dit Rockwell une fois le tableau peint.
Dave Campion était marchand de journaux à New Rochelle, N.Y.
Il est apparu sur plusieurs couvertures, Rockwell aimait son physique un peu anguleux et son visage très expressif, qui pouvait passer de joyeux à triste, d'excité à résigné.
Quand il vendait des exemplaires du Post où il était en couverture, il avait beaucoup de mal à masquer sa fierté devant ses clients ! Il fut également employé par Rockwell pour de nombreuses publicités.
Rockwell, comme pour sa couverture précédente, "  The Age of Romance " (Voir ci-dessus ) emploie encore un de ses artifices favoris, le Cercle. Il reproduit une belle vue de l'Angleterre Victorienne, si chère à Dickens, et cette vue grisée donne encore plus de forces aux trois musiciens qu'on a vraiment l'impression d'entendre chanter !
Mais il faut quand même savoir que Dave Campion ne savait pas jouer du violon, Pop Fredericks ne jouait d'aucun instrument, et le petit chanteur, Bill Sundermeyer n'avait absolument pas l'oreille musicale!
On pourrait qualifier cette couverture de "Miracle de Noël "!...

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤





                    accueil                                                     Quoi de neuf sur le site?
                    Page Précédente                                     Page Suivante
                                CONTACT : SERGIO     E-mail : lescinqs_nr@hotmail.fr
                    Magazines Index                 SEP Index             INDEX PUBS



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site