Les Publicités 16ème partie

(Piso's, Overland, Red Lion Inn, Hood Canvas Footwear, Ford,
Ladie's Home Journal...)

                  accueil                                                Quoi de neuf sur le site?
               Page précédente                                             Page suivante
                            CONTACT : SERGIO     E-mail : lescinqs_nr@hotmail.fr
                  Magazines Index                SEP Index             INDEX PUBS
A VENDRE




¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
PISO'S                                        pubs 16                  

   pubs 16         pubs 16
 1921 01 02 Good for Old and Young                                Détail

À l’origine, cette société implantée à Warren, Pennsylvanie s’appelait “The Hazeltine Corporation”, du nom de son fondateur Ezra T. Hazeltine. Elle avait été fondée en 1869, et devint bientôt célèbre grace à son medicament contre la toux, "Piso's Cure for Consumption" ( Cure “Piso” contre la phtisie). Ce produit devint si populaire que la société changea son nom en “Piso’s Company”, et ses petites bouteilles devinrent célèbres.
Malheureusement, du cannabis entrait dans la composition du sirop (comme on peut le constater sur cette ancienne bouteille) et ce fut source de nombreux problèmes pour la Société Piso’s.
En 1906, suite au “Pure Food & Drug Act”  Piso du changer son nom de "Piso's Cure for Consumption" en “Piso’s Cure” puis en “Piso’s Remedy”.
Un procès eut même lieu et d’éminents pharmaciens certifièrent que le produit avait de réelles vertus et n’entrainait pas d’accoutumance, vues les quantités minimes incriminées. Piso gagna son procès et put continuer son commerce, mais en changeant quand même sa formule, "Sans Opiacées"
Retrouvez l’histoire complète de Piso et de ses bouteilles sur ce document.*

D’après le livre " THE ADVERTISING WORLD OF NORMAN ROCKWELL "
par D. &  M. STOLTZ ( © Madison Square Press 1985 ) p.152 cette publicité parut le 1921 02 17 dans Life .
C’est aussi confirmé dans le livre " NORMAN ROCKWELL ENCYCLOPEDIA "
par MARY MOLINE (© CURTIS PUBLISHING COMPANY 1979 ) p.157.
Dans le " NORMAN ROCKWELL : A DEFINITIVE CATALOGUE "
par LAURIE NORTON MOFFATT (© Norman Rockwell Museum 1986), elle est répertoriée, mais on ne trouve pas de date de parution dans un magazine.
Et sur le site "http://www.best-norman-rockwell-art.com/" il est dit qu'elle est parue également dans "Judge" du 1920 12 18.
La version que je possède est parue  le 1921 01 02 dans « American Weekly » et ce magazine est très grand par rapport à "Judge" ou à "Life". Comparez les tailles sur cette photo que j’ai prise... En fait, j’ai la version "Grand écran" !
Elle fait 4 fois la taille de celle parue dans "Life" ou dans "Judge". Je trouve bizarre que personne, dans les historiens Américains n’ait remarqué cette version.
En tout cas, c’est une publicité plutôt rare que je suis fier d’avoir. Et Rockwell y a mis beaucoup d’humour. Regardez l’adresse de ce grand-père à se tenir sur ses jambes. Un des gamins est déjà par terre alors que le plus grand des deux tient la tête. Comment tout cela va-t-il se terminer ?! La mamie semble craindre le pire, et le chien s’apprête à rentrer dans la course… sans doute pour justifier  la phrase « Comme un chien dans un jeu de quilles » ! On sait d’avance qui seront les quilles en question ! Ouille ! J’espère que les derrières sont bien rembourrés !

* Article écrit par Jack Sullivan, spécialiste et collectionneur de bouteilles

 
¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

  OVERLAND                                                       pubs 16

*La société Overland était un constructeur automobile américain dont l'activité s'est déroulée de 1903 à 1926
La société a été créée par Claude Cox, diplômé du "Rose–Hulman Institute of Technology", alors qu'il était encore salarié de la Standard Motor Company de Terre Haute en 1903. En 1905 la société Standard Motors autorisa Cox à transférer sa société Overland à Indianapolis et en devint actionnaire.
En 1908 la société Overland fut rachetée par John North Willys. En 1910, la société se hisse au troisième rang des meilleures ventes de voitures aux Etats Unis après Ford et Buick, avec 15.598 exemplaires produits.
En 1912, la société est renommée Willys-Overland. Parallèlement aux modèles de la gamme Wyllis-Knight, la fabrication des automobiles Overland se poursuivra jusqu'en 1926, quand la marque sera remplacée par "Willys Whippet".
La dernière trace de l'histoire de la marque Overland est l'inscription, constituée de briques qui est restée au sommet de la cheminée de l'ancienne usine Willys-Overland de Toledo, dans l'Etat de l'Ohio. Deux de ces cheminées furent détruites en 2007, il ne reste que la plus grande des trois.
Wyllis est surtout connu pour avoir fabriquer les "Jeep" qui sillonnèrent les champs de bataille à la fin de la Deuxième Guerre Mondiale et pendant la guerre de Corée.*

Si de nombreux illustrateurs réalisèrent des publicités pour Overland, Norman Rockwell fut commissionné deux fois par la marque pour réaliser leurs publicités .
Elles sont d'un style complètement différent.
La première, qui présente l'Overland Four, représente une scène de rue, où les personnages qui regardent cette voiture sont très représentatifs du Style de Rockwell en 1919. Un peu figés, moins précis émotionnellement que ses réalisations postérieures. L'image est moins léchée, peu de détails, juste la rue, quelques magasins et des personnages un peu simples. Un épicier dubitatif ( j'en achèterais bien une?!) un ancien (un sage?) qui a vu tout de suite la technique à trois points de suspension et un gamin qui ne peut que rêver devant cet engin inaccessible. Et il ne viendrait sûrement pas  à l'idée du chien d'aller lever la patte sur une des roues devant une telle réalisation... Respect ! Le conducteur est très raide dans sa belle auto (surtout, ne pas la casser !), et sa femme a l'air d'être contente de savoir que l'investissement réalisé est conforme aux attentes. Remarquez que l'on ne voit pas la signature de Rockwell, car elle se trouve masquée par le texte qu'a cru bon d'insérer Overland sur une partie de l'image.
L'Overland Four est une belle réalisation pour l'époque, et elle se déclinait en plusieurs chassis et carrosseries.
Comparez la première publicité avec celle de 1923... La scène est vue de l'intérieur, et les sentiments des personnages sont bien plus visibles. La grand mère a laissé tomber son tricot pour admirer cette magnifique Overland. Regardez le soin avec lequel Rockwell a peint son personnage, sa robe, son tablier, son attitude. Cela fait penser immanquablement à la publicité réalisée l'année précédente par Rockwell pour Interwoven, No Holes to darn .
Le modèle de la voiture n'est pas cité ni en titre, ni dans le texte, : c'est juste "The New Overland" - "La Nouvelle Overland" -  et c'est suffisant. D'ailleurs le titre de cette publicité "The Main Thing in the Main Street" se suffit à lui même : "Le Principal dans la Rue Principale"
Le chat est admiratif, et le passant se retourne pour voir ce qui vient de manquer lui envoler son chapeau.
Le décor en arrière plan est magnifique et très fouillé et le conducteur n'est pas peu fier d'emmener sa femme dans sa "New Overland".
Et Overland ne masque plus une partie de l'image avec son texte, il offre cette illustration dans son intégralité, comme un spectacle. Signé et mis en scène par Norman Rockwell...

Les voitures Overland ont souvent figuré au cinéma, retrouvez en quelques modèles ici...

*Source : Wikipedia
 
¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

THE RED LION INN                                  pubs 16


 pubs 16
 1960's Red Lion Inn Table Set

J'ai découvert que cette illustration qui m'a été offerte à Noël par mes amis Bob et Sue, de Californie, était en fait un set de table. On ne le trouve qu'à Stockbridge, dans le Massachusetts et seulement que dans l'établissement à l'enseigne du "Red Lion Inn", sur Main Street. Il faut s'attabler dans le restaurant pour espérer en récupérer un exemplaire... et évidemment commander un repas ! Mais le personnel est charmant et se fera un plaisir de vous remettre ce set ! ( Vous pouvez aussi réclamer une carte postale, elle aussi n'est disponible qu'à l'Auberge !)
Le Red Lion Inn est ouvert depuis 1773 et était d'abord un relais de Poste avant de devenir ce célèbre établissement.
Cette gravure fut réalisée par Douglas McGregor, un ami de Norman Rockwell. Mais une fois qu'il eut fini de dessiner l'auberge, il montra son dessin à Rockwell et lui dit qu'il pensait que quelque chose n'allait pas dans dans cette gravure. "Tu as raison, lui dit Norman, il n'y a aucun personnage sur cette image qui pourrait donner vie à ton dessin !".
McGregor lui dit que c'était sans doute cela, mais qu'il ne savait pas dessiner des gens! Rockwell lui dit alors que c'est quelque chose que lui savait faire et il lui proposa donc de peupler ce tableau avec une foule de petits bonshommes, incluant évidemment un groupe faisant bombance sur la terrasse de l'auberge! Il y en a partout ! Sur la rue, aux fenêtres, en terrasse, il y en a qui marchent, d'autres qui courrent, certains montent des marches, d'autres en descendent, des golfeurs arrivent, des enfants jouent !
Si McGregor voulait de la vie, il est servi !
Rockwell habitait Stockbridge depuis 1953 et il aimait beaucoup cette ville du Massachusetts. A la fin des années 50, il s'attela à une peinture qu'il mit une dizaine d'années à terminer*. Cette peinture c'est " Stockbridge Mainstreet at Christmas". Elle représente la rue principale de Stockbridge enneigée, pendant la période qui précède Noël. Et le "Red Lion Inn" y figure en bonne place.
Tous les ans, le premier week-end de Décembre, la ville de Stockbridge commémore ce tableau en reconstituant la scène avec costumes et vehicules d'époque. Retrouvez-en l'ambiance sur cette vidéo dénichée sur le net.
Et comparez les maisons à l'époque où Rockwell les a peintes, avec leur aspect de nos jours... pas facile de trouver des différences !

Douglas McGregor est décédé en 1977, et Rockwell l'année suivante, mais leur souvenir reste intact pour tous ceux qui vont déguster un agréable repas au "Red Lion Inn", car ils repartent tous avec un souvenir unique de cet établissement.
¤¤¤¤
Pour cet article, je me suis aidé de renseignements trouvés sur le net, sur le site de Yankee Magazine où la journaliste Aimee Seavey nous fait visiter la ville, le musée Norman Rockwell et le "Red Lion Inn" :
http://www.yankeemagazine.com/explore-new-england/stockbridge-massachusetts
De même, je me suis aidé du livre de David P. Folds "Norman Rockwell Treasury", p109 et 110 pour la partie "Set de Table et Doug McGregor" car internet était, une fois n'est pas coutume, très avare en information !
Enfin, la photo de Rockwell peignant "Stockbridge Mainstreet at Christmas"* vient des archives du "Norman Rockwell Museum", Stockbridge, Massachusetts.
PS : Merci à mes amis Bob & Sue pour ce set de table et cette carte postale qu'ils m'ont offerts le mois dernier ! Je n'aurais jamais pu écrire cet article s'il n'y avait eu ce cadeau !

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
LADIE'S HOME JOURNAL    pubs 16

 pubs 16 1922 Ladie's Home Journal - Livret Publicitaire

"Ladie's Home Journal" apparut pour la première fois le 16 février 1883 et appartenait à Curtis Publishing. Ce fut rapidement le premier magazine féminin aux Etats unis, et son tirage s'envola dès la fin du siècle à plus de 1.000.000 million d'exemplaires pour culminer en 1968 à près de 7.000.000 !
En 1946, il adopta la devise " Ne sous-estimez pas le pouvoir des femmes" devise qui est toujours la sienne aujourd'hui ! Ce magazine existe toujours, et a un tirage moyen de 4.500.000 exemplaires.
Rockwell ne fit que ces deux couvertures pour ce magazine. La couverture de 1928 04 " On the top of the World " ( "Au sommet du Monde") est particulièrement belle et très recherchée. Elle fut aussi éditée en poster.
La jeune fille s'appelle Elizabeth Kelly-Allison et Rockwell la fit apparaitre  sur de nombreuses couvertures comme "The Diary", "The Artist", "Spring", "Serenade", "The Critic", "April Showers", "Yarnspinner", pour le Saturday Evening Post.

Dans le courant de l'année 1922, Curtis Publishing, l'éditeur du Ladie's Home Journal imprima un petit fascicule vantant les mérites de son journal.
Ce livret de 8 pages insistait sur l'intérêt que les femmes d'intérieur pourraient avoir à investir un dollar dans ce magazine qui traitait de maison et de jardin, de lecture, mais aussi de mode et de cuisine ! Pour résumer, que du bonheur !
Pour cela, il reprit la couverture "On the Top of the World" de Norman Rockwell, laissant à penser que les femmes qui s'abonneraient seraient elles aussi "Au sommet du Monde"... et pour un dollar seulement !
Vraiment un beau livret, riche en illustrations et en couleurs !
 
¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤
HOOD CANVAS
FOOTWEAR                 
pubs 16
 

La "Hood Rubber Company" fut fondée en 1896 par Frederic Clark Hood ** (1865-1942) et son frère Arthur Needham Hood (1868-1950). Ils commencèrent leur activité en Novembre 1896 dans une usine de 6500 m² à Watertown*, dans le Massachusetts. Frederic fut élu vice président et trésorier de la compagnie en 1896 et en devint directeur général en 1913. Son frère était le trésorier adjoint en 1896 et devint vice-président en 1912. Frederic devint président de la compagnie en 1923 et dirigea la société jusqu’à sa vente à "BF Goodrich" en 1929.-
"Hood" produisait principalement des chaussures, plutôt orientées sport. Il y avait aussi des bottes en caoutchouc et des chaussures en cuir*, mais en plus faibles quantités. Pendant la première Guerre Mondiale, de nombreux soldats Français, Britanniques et Américains portaient des bottes "Hood". Pendant cette période, "Hood" produisit aussi des pneumatiques et des chambres à air en grande quantité, activité qu'il continua après la fin du conflit. En 1919, "Hood" fabriqua des supports de batterie et en 1923, la compagnie se diversifia encore une fois en proposant des linoleums et des dalles en plastiques de décoration, mais cela ne rencontra pas un vif succès.
"Hood" était réputée pour son accompagnement social. La compagnie redistribuait une partie des bénéfices aux employés, et fut la deuxième société Américaine à ouvrir une clinique dentaire pour ses ouvriers. Cette clinique se situait sur le site même de l’usine. Dès 1898, un centre de premiers secours fut ouvert sur le site et en 1918, un hôpital avec sept docteurs et treize infirmières fut créé sur place !
En tant que président, Frederic Clark Hood était connu pour sa farouche opposition aux syndicats du "Labour Union Movement" de l’usine.
La compagnie devint plus importante chaque année, produisant jusqu’à 90.000 paires de chaussures* par jour et employant 9000 ouvriers. L’usine compta jusqu’à six bâtiments et une surface totale de plus de 18 hectares.
En Aout 1929, Hood fut rachetée par "BF Goodrich Company", située à Akron, dans l’Ohio. Hood garda pourtant son nom, et la propre unité de chaussures de Goodrich s’installa dans l’usine de Watertown. "Hood" produisit aussi des "Dinghies"* pour les opérations de guerre. Le nom de "Hood" fut utilisé jusqu’à la fin des années 50’s et l’usine ferma ses portes en 1969.
 
En 1923, Norman Rockwell fut sollicité pour réaliser une publicité pour les chaussures "Hood". Elle fut publiée au dos du magazine "Youth’s Companion" daté de 1923 0621, et elle s’intitulait "My Idea of Shoes"  ("Mon idée des chaussures").
Durant les années 30’s, "Hood" organisait un concours annuel permettant de gagner des lots. Ce jeu paraissait dans le magazine "Boy’s Life" et s’intitulait "The Treasure Hunt" ("La Chasse au Trésor"). Il fallait décoder un message, et écrire 100 mots pour indiquer ce qui motivait son choix dans l’achat de chaussures de la marque "Hood".

"Front and Center : Frederic Clark Hood and the Hood Rubber Company" ** est un livre écrit en 2008 par Elizabeth Hood Pigford, petite fille de Frederic Clark Hood. Il relate l'histoire de la "Hood Rubber Company"

* Photos en provenance du site : www.digitalcommonwealth.org
** Photo : Elizabeth Hood Pigford

¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

FORD                                       pubs 12
 
pubs 16
1953 02 10  The Boy who put the World on Wheels
("Le garçon qui mit le monde sur roues")

Toute sa vie, Henry Ford fut un homme débrouillard et aimait à construire et fabriquer. A l’âge de 10 ans, assis devant son petit bureau sous les poutres de sa chambre, dans la vieille ferme où il habitait à Dearborn,  il réparait et entretenait les montres de ses voisins avec la même habilité qui remit plus tard un pays sur ses roues.
Sa passion pour la mécanique sous toutes ses formes l'amena à apprendre seul à se servir de toutes sortes de machines.
En 1896, sept ans avant qu'il ne fonde la Ford Motor Company, il créa son premier vehicule automobile : une petite voiture à deux places qu'il fit tourner dans l'allée derrière Bagley Avenue à détroit, puis autour du bloc où il habitait. Ce petit véhicule avait deux cylindres, quatre roues de bicyclette et se dirigeait comme un bateau, avec une barre de gouvernail ! Cette voiture existe toujours, c'est devenu la pièce maitresse du musée de Greenwich Village et elle fonctionne encore ! Et des millions de ses descendantes arpentent les routes du monde entier.
Son idée était de faire une voiture la plus utile possible au prix le plus bas possible. La voiture populaire par excellence.
La Ford Motor Company fut fondée le 16 juin 1903, dans l'espoir que le monde serait prêt à cette idée.
Le reste n'est que l'Histoire.

Pour fêter le cinquantième anniversaire de Ford en 1953, la compagnie demanda à Norman Rockwell de réaliser plusieurs tableaux qui paraitraient dans les journaux de l'époque. Rockwell en réalisa sept, que vous pouvez retrouver à la page "calendrier" (ils parurent aussi sous la forme d'un calendrier)
Robert DeBlock et Bernard Cullinan* ont pris la pose pour Norman Rockwell pour la réalisation de cette peinture. On voit le tout jeune Henry Ford montrant sa dernière création, un chassis automobile avec un moteur à ressort. L'étagère remplie de montres et des diverses réalisations du jeune garçon amplifient encore l'impression que donne ce tableau. L'assurance du jeune Henri face à l'admiration impuissante de son interlocuteur nous convainct que l'on est à l'aube d'une ère nouvelle.
Cette publicité est parue dans le magazine "Look" le 1953 02 10
 

 pubs 16
 1953 06 15 The Revolution that started in a Shed at Night
("La révolution qui débuta dans un abri, la nuit" )

Il bossa nuit après nuit durant des années pendant que Clara, sa femme, réparait ses chaussettes et l’encourageait dans ce qu’il faisait. Et puis une nuit de Mai 1896, il sortit enfin son véhicule du garage et fit le tour du pâté de maisons sous une pluie battante. Cette première Ford* est exposée au musée de Greenwich Village* dans une reconstitution de l'atelier d'Henry Ford.

Rockwell a éxecuté d'autres commandes pour Ford. Deux autres publicités que je vous présenterai plus tard, mais aussi une carte de "Bonnes Vacances" en 1949 : la "Ford Holiday Greeting Card", dont voici le dessin préliminaire.
Ce dessin fut donné par Rockwell à l’un de ses amis artistes, Ralph H. Breding.
En 1949, à l’époque où il fut réalisé, Breding était à la tête du département artistique de la société « J.Walter Thomson Advertising » à Detroit, et il était en charge des publicités pour Ford.
La famille de Breding raconte l’histoire suivante à propos de quelques petites taches jaunes que l’on peut apercevoir sur le dessin, derrière la queue du cheval.
Alors que les deux hommes étaient dans le studio de Rockwell pour discuter de cette carte réalisée pour la Ford Motor Company, les deux hommes furent pris d’un fou-rire, et de la moutarde s’échappa du sandwich que Rockwell était en train de manger, et tomba en plein sur le dessin ! »
 
 

 pubs 16
 ("La Rue ne fut plus jamais la même")

Pas moins de 38 personnages sur cette pub ! Sans compter le cheval, les deux chiens et le chat, allongé sur le bord d'un des soupiraux.
L'arrivée d'un véhicule à moteur déclenchait toujours une curiosité pleine d'étonnement... ou de méfiance! En tout cas, cela ne laissait personne indifférent !
C'est dans la ville de Troy, Etat de New-York, que Rockwell repéra le block de maisons qui servira de support à cette illustration. Toujours proche de la réalité, Norman !




¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤


                  accueil                                                Quoi de neuf sur le site?
               Page précédente                                             Page suivante
                            CONTACT : SERGIO     E-mail : lescinqs_nr@hotmail.fr
                  Magazines Index                SEP Index             INDEX PUBS
A VENDRE



 
 
Créé avec Créer un site
Créer un site